21/04/2024

Le Regard

De l’information fouillée et vérifiée

Congo-Kinshasa: le militant de l’ECIDé Christophe APALA LUTUNDULA craint pour sa sécurité

Jeune universitaire et militant politique depuis l’Université, Christophe APALA LUTUNDULA  a pris la décision d’adhérer, en 2018, au parti politique « Engagement pour la Citoyenneté et le Développement (ECIDÉ)», dirigé par Martin FAYULU MADIDI, candidat malheureux à la présidentielle de décembre 2018. Bien entendu, son engagement politique ne débute pas en 2018, mais bien avant, il a toujours été aminé par la volonté de vouloir défendre l’émergence d’un Congo juste et démocratique. «Jai été blessé lors de la plus grande manifestation politique du lundi 19/12/2016 contre la tentative du 3ème mandat de Joseph Kabila. Et J’ai pris la décision de continuer mon militantisme politique jusqu’à la libération totale de notre pays», témoigne-t-il.

C’est depuis le 18/02/2018 qu’il avait  pris la décision de prendre sa carte de membre de l’ECIDé qu’il considère comme un parti ayant une vision pour la RDC. «J’ai plusieurs fois été mobilisateur politique, vu mon influence de chef de promotion et jeune leader chargé communal de la jeunesse section de Mont-Ngafula, confie-t-il.

A la publication des résultats de la présidentielle de décembre 2018 par la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), donnant pour vainqueur le candidat président Félix-Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO, résultats confirmés par la Cour constitutionnelle alors que l’Eglise Catholique représentait par la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO), le camp de Lamuka et la communauté internationale donnaient sans le prouver Martin FAYULU comme celui aynt gagné cette élection, Christophe APALA LUTUNDULA a pris l’engagement de participer à toutes les actions initiées par son parti ECIDé pour exiger la vérité des urnes en faveur de Martin FAYULU « président élu démocratiquement par le peuple Congolais ».

«Nous voulons protester contre cette injustice qui donne la victoire à Félix-Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO. Notre parti politique, ensemble avec d’autres partis politiques d’opposition et avec l’accompagnement de l’Eglise Catholique, nous sommes déterminés dans la plateforme  «Vérité des urnes» et nous irons jusqu’à la fin pour empêcher Félix TSHISEKEDI de diriger le pays, il a volé notre victoire», affirme ce jeune militant.

Lors de la dispersion des membres de l’ECIDé réunis en bloc patriotique avec d’autres forces de l’opposition, le 06 mai 2022 où ils étaient partis en sit-in devant le Palais du Peuple afin de protester contre la machination de la loi électorale et de ses animateurs considérés membres de l’Upds parti au pouvoir, Christophe APALA LUTUNDULA été arrêté avec ses amis de l’ECIDé et plusieurs autres jeunes de différentes parties prenantes à cette marche. Depuis qu’ il a pu s’échapper des mailles de la Police pour sauver sa peau, Mr APALA LUTUNDULA vit en clandestinité jusqu’à ce jour.

L’opinion se souviendra que lors de la répression de cette marche s’étant soldée par des arrestations et blessures, le secrétaire national adjoint en charge de la formation idéologique de l’ECIDé, Valery MPOY, avait fustigé avec la dernière énergie les violences policières dont les membres de ce parti ont été victimes.

«Nous avons été molestés et tabassés avant même le début de notre sit-in démocratique. On a jeté du gaz lacrymogène. Nos deux camarades Clément MUZA et Adrien MALENGA ont été gravement blessés, le siège de notre parti saccagé. Il y a notre mobilisateur de la commune de Mont Ngafula, Christophe APALA LUTUNDULA qui a été arrêté avec les autres et amenés à une destination inconnue par les services de sécurité et la police. Nous exigeons leur libération immédiate », a dit Valery MPOY, désapprouvant « la méthode répressive du régime de Kinshasa et de la police ».

De son côté, le commandant provincial de la police de Kinshasa, le commissionnaire Sylvano KASONGO, a rappelé que ce rassemblement a été interdit à l’avance par l’autorité urbaine et ses organisateurs en ont été informés. Comme quoi, ils l’ont fait pour défier l’Etat et troubler l’ordre public en pillant les magasins des expatriés. Depuis la publication des résultats de la présidentielle de 2018, Mr Martin FAYULU commence à se considérer comme le vainqueur dont les voix ont été volées en faveur de Félix  TSHISEKEDI. C’est la bataille de tous les jours entre le régime et les membres de l’ECIDé qui ne veulent pas reconnaître le pouvoir de l’actuel président de la République.

KAMULETA Wango, C/P