23/06/2024

Le Regard

De l’information fouillée et vérifiée

Goma: viol des filles, carence alimentaire, le calvaire des déplacés de guerre au camp de Bulengo (reportage)

La situation humanitaire reste catastrophique dans le camp de déplacés de Bulengo. Constat fait par notre reporter ce mardi 06 février 2024 lors d’une descente dans ce site de déplacés situé à l’ouest de la Ville de Goma. Monsieur Faustin Mahoro, représentant des déplacés dans ce site, renseigne que plusieurs familles sont arrivées dans ce camp depuis la reprise des affrontements entre rebelles et l’armée en territoire de Masisi.

«Nous avons reçu plus de 17000 nouveaux ménages depuis novembre 2023. Alors, nous nous demandons comment ces familles vont survivre sans soutiens dans ce camp? Et, le peu d’aide que nous recevons des organisations humanitaires ne concerne que les anciens déplacés arrivés depuis 2022 », a-t-il confié à LE REGARD.

Cependant les bénéficiaires de ce don remercient les agences humanitaires et les hommes de bonne volonté. Néanmoins ils plaident pour le rétablissement de la paix afin de retourner chez eux.

La situation des femmes reste alarmante dans ce camp !

Des cas de viol et de violences basées sur le genre y sont rapporté chaque jour. Le cas le plus récent est Celui d’une jeune fille violée à 2km de ce camp, alors qu’elle se rendait dans la brousse pour chercher les bois de chauffage.

«Généralement, lorsque les femmes et les filles vont chercher les bois de chauffage, vu l’impossibilité de payer la braise, qu’elles se font violer. Soit lors des recensements, certaines personnes les obligent le sexe contre quelques faveurs», a révélé madame Fatuma Florence, vice présidente des femmes déplacées de Bulengo. Ainsi, elle plaide pour la prise en charge effective des victimes de ces actes barbares.

Alors que les autorités de Kinshasa rejettent toutes négociations avec les rebelles du M23 soutenus par le Rwanda, des acteurs de la société civile et les défenseurs des droits de l’homme appellent à la cessation des hostilités afin de protéger les vies humaines déjà en souffrance et permettre aux déplacés de rentrer dans leurs milieux d’origine.

Anicet Cito depuis Goma