décembre 4, 2020

Le Regard

De l'information fouillée et vérifiée

Journée mondiale de la philosophie: Laurent Kalombo appelle les africains à réfléchir pour changer le monde

0 Partages

Instituée en 2005 par l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture -UNESCO-, la Journée mondiale de la Philosophie est célèbrée chaque année, le troisième jeudi du mois de novembre. Les principaux objectifs de cette journée sont: faire un état des lieux de l’enseignement de la philosophie dans le monde, en mettant l’accent en particulier sur les inégalités d’accès; souligner l’importance de la généralisation de l’enseignement philosophique pour les générations futures. Le but est également d’ encourager les échanges universitaires et souligner sa contribution.

À Kinshasa, cette journée a été célébrée en la salle de conférence de la Halle de la Gombe jeudi 19 novembre 2020.
Le conférencier du jour, M. Laurent Kalombo, écrivain et philosophe de son état, a exploité le sous-theme »L’essence de la pensée à la tâche de la philosophie chez Martin Heidegger ». Pendant son exposé, partant de la pensée de Martin Heidegger, Kalombo a appelé les africains en général et les jeunes RD-congolais  en particulier à la réflexion.

Dans son introduction, l’écrivain Kalombo a commencé par présenter à l’assistance qui est Martin Heidegger et l’apport de sa philosophie.

« La philosophie de Martin Heidegger nous a servi de flambeau afin de bien expliciter notre thème de ce jour. Martin Heidegger est un philosophe allemand qui a fait une différence entre l’état et l’être », a-t-il expliqué.

Et de continuer: « Pour Heidegger, les philosophes qui prônaient la métaphysique, comme Platon, avaient failli à leur philosophie, puisqu’ils commençaient à s’interesser à l’état, au lieu d’étudier  l’être étant qu’être.

Selon lui, la philosophie ne produit pas les faits immediats. C’est-à-dire qu’elle ne donne pas un savoir automatiquement utilisable, « mais elle nous amène à réfléchir. Alors, Heidegger invite tout le monde à réfléchir. En conclusion, Heidegger prône la pensée, car pour lui, penser c’est agir ».

À cet effet, Laurent Kalombo a estimé que ceci « est un grand message pour nous les africains et nous jeunes congolais en particulier, qui sommes assujetis par les reseaux sociaux et par les futilités. Alors que nous sommes appelés à reflechir. Quand on réfléchit, on retrouve son être, on définit son essence et on change le monde ».

Sarah Gere Duba