28/01/2023

Le Regard

De l’information fouillée et vérifiée

Le poète Olivier Sangi: “Kas Kasongo fut un noble et digne griot de l’Empire Lunda”

Le poète congolais et ambassadeur de la paix, Olivier Sangi Lutondo a déclaré lundi 31 janvier 2022 que l’artiste musicien folklorique Kas Kasongo décédé le 27 janvier 2022, fut un Noble et digne griot de l’Empire Lunda.

Dans un entretien accordé à Le Regard dans son domicile à Kinshasa, Olivier Sangi a précisé que Kas Kasongo était un Noble et digne griot de l’empire Lunda pour son grand travail abattu dans la promotion de la culture africaine en général et congolaise en particulier, lequel travail a marqué des traces générationnelles.

Selon lui, les œuvres de Kas serviraient des sources d’inspirations culturelles pour beaucoup de jeunes tant congolais qu’africains.

“C’est au nom de notre Empereur, sa Majesté Mwant Yaav Mushid lll qui m’avait nommé ambassadeur de la Paix que je tiens à rendre un hommage bien mérité à cet illustre griot, artiste congolais et africain” , a-t-il déclaré, avant d’indiquer que la renommée musicale de dimension internationale de Kas Kasongo, qui venait de quitter la terre des humains, est un grand trésor et un héritage qu’il lègue avec fierté et noblesse aux générations futures.

Dès le début de sa carrière, poursuit-il, Kas Kasongo avait donné le Nom de “L’Empire Lunda” à son orchestre, honorant ainsi la tradition légendaire de l’Empire de Mwant Yaav.

Pour Olivier Sangi, l’illustre disparue, à commencer par sa grande taille, fut un démenti des préjugés et des insultes envers les Bayaka.

“Je me rappelle qu’un jour, un ami poète et journaliste Jean Paul Ilopi disait au Docteur Poète et philosophe Mayengo Kulonda et à moi-même, qu’il était étonné de voir un Muyaka grand de taille. Nous lui avons expliqué que les peuples Lunda ne sont pas des nains. Puisqu’en réalité le terme Muyaka (Bayaka) ne renvoit pas à un peuple spécifique. C’est une déformation historique comme pour les “Teke et Humbu”, a-t-il expliqué tout en précisant que les vrais noms des peuples “Humbu” et “Teke” c’est plutôt “Bambunu” et “Bafuunu”.

Le poète a, en outre, fait savoir que l’histoire de leurs peuples, comme celle de la ville province de Kinshasa, est à réécrire par eux-mêmes.

“Peuples Lunda veut dire aussi Peuples d’amitié. L’art de la conquête et de l’assimilation est un don sacré et précieux que nos vénérables ancêtres nous ont légué royalement . Leur sois-disant modernité ne le brisera pas. Kas Kasongo a mis en musique l’unité culturelle des peuples dans la grande structure de l’empire Lunda. D’ailleurs, le nom de “Kasongo-Lunda” c’est une déformation de “Kasula-Nsong wa Lunda”, c’est-à-dire le cadet des Lunda”, a-t-il renseigné en confiant que l’illustre disparu a réellement valorisé l’apport de ceux qu’on appelait péjorativement “Bayaka, Kasongo” dans la grandeur artistique du Congo.

Selon ce poète congolais, le Bandundu et le Bas-Congo (Kongo Central) ont apporté beaucoup dans la splendeur musicale de la RDC et de l’Afrique en général. Ceci ne veut pas dire que les autres provinces du Congo sont oubliées ou absentes.

Pour l’unité éternelle du Congo

À l’en croire, le génie congolais dans tous les domaines est toujours pluriel. Chaque coin du “Ko-Ngo” y apporte sien. C’est pourquoi le peuple congolais met en garde toute force diabolique qui cherche à balkaniser la RD-Congo.

“La diversité est notre unité et notre richesse première. L’art de Kas Kasongo a sublimé les injures et les préjugés multiples. Bravo à l’artiste Kas Kasongo d’avoir restauré notre identité et notre précieux apport à la grandeur culturelle de notre pays. Nous attendons toujours une sérieuse et responsable politique culturelle afin que les merveilles du génie congolais restaurent et innovent le vrai rayonnement de notre époque dominée par l’ égoïsme “capitaleux”,(pour dire galeux), monstrueux et mécanisé disons robotisé à outrance : la fausse mondialisation. Sa musique laisse des repères des valeurs africaines afin que nos enfants retrouvent l’humanité sans frontière (Sisa Bidimbu). Merci oh griot Kas Kasongo de nous rappeler la fraternité humaine et l’unité de notre amour de la vie dans sa dignité voulue par Dieu lui-même”, a-t-il laissé entendre.

Et d’ajouter: ” Une fois, mon fils Patrick Kuwamp’ et moi-même étions sur la même scène avec Kas Kasongo à l’hôtel venus dans le cadre de l’espace Lunda, organisé par son Excellence Muyej Mangez. Après notre prestation, tous les deux en chapeau solaire de notre empire, nous félicitant mutuellement, avions dit presque simultanément et spontanément : “Merci Mwana mama” autrement dit “Merci digne Fils de ma Mère”. Nous disons alors en ce moment à notre griot, Kas Kasongo : “Merci Mwana mama” d’avoir honoré notre culture Lunda, congolaise et africaine dans son ensemble. Wenda mbote. Vas-y en Paix dans le Kalunga de nos ancêtres”, a conclu Olivier Sangi Lutondo, Poète de la paix.

Marie-Parousie Immaculée