27/01/2023

Le Regard

De l’information fouillée et vérifiée

Les Confessions religieuses et la Société civile font une démonstration de force à Kinshasa

Les Chefs des confessions religieuses congolaises à la première ligne pendant leur marche de soutien aux FARDC sur l'avenue des Huileries à Kinshasa le 19 novembre 2022.

En synergie avec la société civile, les Chefs des confessions religieuses congolaises ont organisé samedi 19 novembre 2022, une grande marche de soutien aux FARDC à travers toute l’étendue du territoire national. A Kinshasa, ces hommes de Dieu ont fait preuve d’une grande démonstration de force. De l’esplanade du Palais du Peuple à l’INRB, en passant par l’avenue des Huileries, ces leaders d’église ont drainé une foule impressionnante. De toutes les manifestations de soutien aux vaillants soldats congolais au front à l’Est du pays ces derniers temps, la mobilisation de ce samedi reste sans précédent. Sous un soleil ardent, vers 11 heures, à la surprise générale, la lune a apparu au ciel de Kinshasa pendant cette marche.  Des milliers de kinois ont répondu présent à cette activité patriotique.

«Nous, peuple congolais à travers la synergie confessions religieuses et organisations de la société civile de la RDC, levons fortement notre voix pour exprimer solennellement et énergiquement notre désapprobation face au complot international, dont le but principal est d’affaiblir et de procéder à la balkanisation de notre pays », a déclaré le président de la plateforme «Confessions religieuses» et Evêque général de l’Eglise du réveil du Congo » Dodo Kamba.

Il a déploré les agressions à répétition de la RDC par le Rwanda depuis plus de deux décennies, ayant causé, selon de différents rapports des experts y compris celui des Nations Unies, des pertes de plusieurs millions de vies humaines et des violations flagrantes des droits de l’homme et du droit international humanitaire.

« Plus de 10 millions d’âmes gratuitement et innocemment arrachées à la vie, plus de 5 millions des déplacés internes, et un nombre incalculable des personnes violées, majoritairement les femmes et les enfants, voire même les nourrissons, blessés  et mutilés », a-t-il souligné.

L’évêque Dodo Kamba qui a lu le mémo déposé à la Mission des Nations unies pour la stabilisation en RDC -MONUSCO-, a exprimé le regret du peuple congolais face au silence absolu de l’ONU au drame à la fois humain, matériel, écologique et économique que subit la RDC.

« C’est pour cette raison que le peuple congolais à travers les confessions religieuses et les organisations de la société civile de la RDC a organisé la présente marche citoyenne, patriotique et pacifique pour dire non à l’agression directe de notre pays par le Rwanda et l’Ouganda, non à la balkanisation de la Nation, non au régime de notification préalable à l’achat des armes imposée à la RDC », a-t-il ajouté.

A lui de poursuivre, « nous disons non à l’hypocrisie, à la complicité, à la complaisance et à l’indifférence de la communauté internationale face aux génocides du peuple, à l’occupation illégale de son territoire, à la déstabilisation de son pays, et de ses institutions, ainsi qu’aux pillages des ressources naturelles, au brassage et à l’intégration des terroristes du  M23 dans les forces armées et les institutions du pays ».

Sanctions contre le Rwanda et ses alliés

Par ailleurs, cette synergie a formulé plusieurs recommandations à l’endroit du Conseil de sécurité des Nations Unies notamment,  de condamner les Républiques du Rwanda et de l’Ouganda pour l’agression, en les sanctionnant conformément à la charte et aux instruments des Nations Unies en la matière, de lever l’obligation de notification préalable à l’achat d’armes, d’organiser le retrait immédiat et sans conditions de l’armée rwandaise et son mouvement terroriste M23 du territoire congolais.

« Le peuple congolais reste vigilant, déterminé et ne se taira plus jamais devant la méconnaissance et la violation de ses droits les plus fondamentaux. Nous sommes prêt à organiser d’autres actions de plus grandes envergures aussi longtemps que la souveraineté de notre pays sera en danger et perdura l’injustice », a fait entendre l’évêque Dodo Kamba.

De son côté, Mme Annie Bambe, présidente de la coalition Beijing+ RDC et co-organisatrice de la marche, a renchéri : « nous disons non à cette agression barbare, nous sommes venu vers la MONUSCO parce que c’est la représentation du secrétaire général de l’ONU et du Conseil de sécurité des Nations Unies, afin d’exprimer la voix de la population congolaise, à travers la synergie Confessions religieuses et société civile ».

Cette marche a connu la participation massive des Eglises Kimbanguiste, Catholique, Protestante, de la Communauté islamique, de l’Armée du Salut et toutes les organisations de la société civile.

La manifestation est partie du Palais du peuple, siège du Parlement de la RDC, jusqu’à l’INRB, avant de se rendre au Quartier général de la MONUSCO où a été déposé le mémorandum à l’attention de l’ONU.

René Kanzuku