28/01/2023

Le Regard

De l’information fouillée et vérifiée

LUTTE CONTRE L’IMPUNITE EN RDC : ASF – RCN JUSTICE & DEMOCRATIE – TRIAL INTERNATIONAL ET SES PARTENAIRES S’AUTO EVALUENT

Dans le cadre du projet « Soutenir les efforts de la lutte contre l’impunité en RDC », financé par l’Union européenne et mis en œuvre par le consortium Avocats Sans Frontières, RCN Justice & Démocratie et TRIAL International, une conférence –débat a été organisée le 24 février  2022 à Kinshasa,  dans l’enceinte du Centre Catholique Saint Pierre Claver, dans la commune de la Gombe,  autour du thème « Lutte contre l’impunité des crimes internationaux en RDC : quelles perceptives ?”.

 

La conférence-débat s’est déroulée en présence  des experts constitués de personnalités impliquées dans la justice pénale internationale, des avocats, des magistrats civils et militaires, des professeurs d’universités, des représentants d’institutions, des acteurs de la société civile œuvrant dans le domaine des droits de l’homme et de la justice ainsi que des délégués de certaines ambassades , des agences du système des nations unies dont le Bureau Conjoint des Nations Unies aux Droits de l’homme (BCNUDH)….

 

D’après le chef de mission  RDC de RCN Justice & Démocratie, Brian  Menelet,  cette  conférence- débat n’est pas un atelier mais un temps de réflexion pour regarder dans le rétroviseur et savoir ce qui a été fait et ce qui doit être fait dans le cadre de ce projet qui prend fin à la fin de ce mois.

 

Parlant au nom de la Ministre de la Justice et Garde Sceaux, Me Charles CUBAKA CICURA, Conseiller Juridique au ministère de la justice et avocat de son état a indiqué que les crimes internationaux constituent un fléau pour la RDC qui a payé le lourd tribut. La  RDC a fournie beaucoup d’efforts pour endiguer ce mal en coopérant avec la Cour Pénale Internationale (CPI) pour le transfert des criminels.

 

Me  Charles CUBAKA CICURA a, à cette occasion, loué les efforts de la justice militaire qui a permis de mettre la main  sur les criminels tant recherchés. Il a également loué les efforts fournis par les partenaires dont Avocats Sans Frontières, RCN Justice & Démocratie et TRIAL International qui appuient la RDC dans la lutte contre l’impunité des crimes internationaux.

” Le mal est encore grand, ce mal demande qu’il soit éradiqué une fois pour toute  surtout quand nous voyons ce qui se passe à Beni et en Ituri”, a déclaré Me Charles CUBAKA CICURA.

 

Expert et juriste spécialisé aux questions de lutte contre l’impunité et la corruption, protection de l’enfant au sein du Groupe Thématique justice et Droits Humains au ministère de la Justice et Garde Sceaux, Justus TSHIKONA a fait sa communication où il a présenté la synthèse de l’étude menée par le PNUD sur la stratégie de  priorisation des poursuites dans l’Est de la RDC de 2015 à 2019.

 

Se confiant à la presse, Justus TSHIKONA a indiqué que l’étude a trait à toutes les dynamiques en vue de mettre ensemble les acteurs judiciaires pour faire avancer l’agenda de lutte contre l’impunité en RDC. L’étude a mis à nu les avancées et les faiblesses de la stratégie de priorisation des poursuites ; les points forts de cette stratégie sont à capitaliser, dit-il.  En effet, l’objectif principal de cette étude était d’évaluer la stratégie de priorisation des poursuites des crimes de droit international commis à l’Est du pays principalement dans les provinces du Sud-Kivu, de l’Ituri ainsi que du Nord- Kivu.

 

Pour sa part, le Professeur Luc HENKENBRANT, ancien directeur chez Amnesty International, Professeur à l’Université Catholique de Bukavu et à l’Académie militaire de la RD Congo mais aussi conseiller technique de l’Observatoire de la parité est intervenue depuis Bruxelles pour faire sa communication autour du thème : lutte contre l’impunité des crimes graves en RDC : quelles perspectives pour une justice transitionnelle réussie ?  Dans son intervention, le Professeur Luc HENKENBRANT  regrette que tous les mécanismes judiciaires de la justice transitionnelle soient mis à côté en RDC.

 

Me Dominique KAMWANDU, avocat de son état  et Coordinateur technique et stratégique chez ASF a fait une présentation des résultats majeurs obtenus à l’occasion de la mise en oeuvre du projet “Soutenir les efforts de la lutte contre l’impunité en RDC”. Il a fait la présentation des activités réalisées dans le cadre de ce projet en citant entre autres, l’appui technique des juridictions civiles et militaires pour l’organisation des audiences foraines  dans les coins les moins accessibles du pays.

D’après Me Dominique KAMWANDU, l’appui aux audiences foraines  a été nécessaire pour approcher la justice aux justiciables et faire en sorte que les victimes des crimes internationaux puissent accéder à la justice.

Il a fait part des formations organisées à l’intention de 8 structures de la société civile du Sud-Kivu, Nord Kivu et Ituri en vue de les permettre  de récolter les informations sur les crimes internationaux pour mettre à la disposition des acteurs judiciaires d’étoffer les dossiers.

 

Me Dominique KAMWANDU a fait savoir que le projet “Soutenir les efforts de la lutte contre l’impunité en RDC ” a apporté des innovations en matière de réparations aux victimes des crimes internationaux notamment l’octroie d’autres formes de réparations. Il a vanté la création de passerelle de collaboration entre la presse et les acteurs judiciaires.

 

Dans sa réaction en sa qualité de magistrat militaire, le Colonel René  KANYINDA de l’Auditorat militaire des Fardc  a donné ses impressions.  Il  était content de déroulement de cette conférence- débat qui, selon cet officier supérieur de l’armée congolaise, visait à renforcer les capacités des participants dans le cadre de lutte contre l’impunité des crimes internationaux.

 

Article rédigé avec l’appui et le soutien financier de RCN Justice & Démocratie.

 

Par Gode KALONJI