20/04/2024

Le Regard

De l’information fouillée et vérifiée

RDC: Augustin Kabuya, «misère, miséricorde» 

La Primature. C’est l’objectif que s’est fixé l’UDPS, consacré première force politique à l’Assemblée nationale après la publication des résultats provisoires des législatives nationales.

Mais ça ne pourra pas l’être à travers la personne de son bruyant Secrétaire général et chef du parti, Augustin Kabuya Tshilumba. Après sa mission d’information, du reste reconduite par le président de la République Félix Tshisekedi, proches et certains cadres enjôleurs de l’Union sacrée se sont empressés de le présenter abusivement comme le formateur du prochain gouvernement -fonction pas prévue par la Constitution-, allant jusqu’à pronostiquer sur sa nomination au poste de Premier ministre.

Mais dimanche, devant des militants réunis à la permanence du parti, Augustin Kabuya, ambitions désormais revues à la baisse mais faisant preuve de moral, a plutôt officialisé sa propre candidature à la première vice-présidence de l’Assemblée nationale, se contentant d’affirmer que la Primature revient à l’UDPS.

Le poste tant convoité sera vraisemblablement confié à un autre gabarit ressortissant d’un espace autre que le Grand Kasai. Un peu décevant pour l’intéressé et son entourage après avoir rêvé grand mais Tshisekedi, sans nul doute réaliste, semble avoir évité d’éventuelles critiques en portant un frère du Kasaï Oriental aux commandes de l’Exécutif.

Pas de strapontin de Premier ministre, pas non plus de perchoir pour l’Informateur. De n’avoir pas osé épiloguer sur fauteuil du président de l’Assemblée nationale à la base du parti, préférant indiquer qu’il s’agit d’un piège tendu à Tshisekedi pour l’accuser de tribalisme, Kabuya a malgré lui donné une indication claire sur le prochain commandement du Bureau de la Chambre basse du parlement, désormais parti pour être confié à un des partenaires politiques du président Tshisekedi.

Comme après les élections de 2018 quand l’UDPS, obligé de se plier à la logique des alliances politiques, a dû s’effacer tour à tour au profit de la PPRD Jeanine Mabunda et du CRD Christophe Mboso, Kabuya est contraint de passer à côté du très prestigieux poste de numéro 2 de la République.

AKM/AfricaNews