04/02/2023

Le Regard

De l’information fouillée et vérifiée

RDC: les Catholiques ont marché partout, sauf à Goma

Contrairement  à la capitale et d’autres villes, la marche des chrétiens catholiques qui a eu lieu dimanche 04 décembre a été annulée à Goma, dans la province  du Nord-Kivu.

Selon un communiqué du Comité laïc de coordination -CLC-, daté du 2 décembre, la décision d’annuler cette marche a été prise après l’évaluation de la situation sécuritaire dans et autour de la ville de Goma.

Une décision qui vise également à éviter une éventuelle infiltration, selon le même communiqué.

Par ailleurs, le CLC-Goma « invite les autorités congolaises à tout mettre en œuvre pour récupérer urgemment notre territoire occupé depuis quelques mois », dans ce même document.

Ce communiqué signé par le coordonnateur diocésain du CLC, Jackson Kitambala, a invité les chrétiens catholiques du diocèse de Goma « à rester unis dans la prière avec les compatriotes d’autres diocèses qui vont porter haut le cri de notre colère, notre souffrance et notre misère ».

A Kisangani, Mgr Mwarabu a, à l’occasion de la même activité, appelé à la réduction du train de vie des institutions.

A la fin de la marche des chrétiens catholiques de Kisangani, dans la province de la Tshopo, devant le cabinet du gouverneur de province où la déclaration de la CENCO a été lue et remise à l’autorité provinciale par le président de la conférence épiscopale du Congo, le vicaire général, Mgr François Mwarabu.

Dans ce document,  il a énuméré quelques recommandations faites par les princes de l’Eglise afin de faire face à cette guerre d’agression.

«Il faudrait impérativement réduire le train de vie de nos institutions et de nos dirigeants pour renforcer nos moyens de défense. Nous encourageons les efforts diplomatiques comme solutions éventuelles à la tragédie que nous vivons.

Cependant, l’intégrité territoriale et la souveraineté nationale ne sont pas négociable », a soutenu Mgr Mwarabu.
L’archevêque de Kisangani, Mgr Marcel Utembi, a, quant à lui, rappelé les motifs de l’organisation de cette marche :
«  C’est en solidarité avec nos frères et sœurs qui souffrent et dans l’esprit patriotique de préserver l’intégrité nationale, la souveraineté nationale que nous avons fait cette marche pour prendre à témoin la communauté nationale et internationale au regard de ce qui se passe au Congo et nous voulons la paix… »

De son côté, la gouverneure de Tshopo, Madeleine Nikomba a appelé les jeunes volontaires à pouvoir se faire enrôler dans l’armée en vue de servir le pays sous le drapeau.

René Kanzuku