20/04/2024

Le Regard

De l’information fouillée et vérifiée

Prêtre catholique et Conseiller à la présidence, l’Abbé Théo Tshilumbay impose Ejiba à la Plateforme des Confessions religieuses, au nom du Chef de l’État!

L’eau a coulé depuis la désignation du président de la CENI, Denis Kadima. Désormais, les six Confessions religieuses qui ont tenue tête à la CENCO et l’ECC semblent être mises sous la coupe d’un catholique!

Loin d’être cardinal ou président de la CENCO, l’abbé Théo Tshilumbay, ce prêtre catholique et conseiller principal du Président de la République en matière de culte, appuyé par ses autres collègues conseillers, voudrait désormais faire la pluie et le beau temps dans la plateforme des Confessions religieuses.

Et ce, à en croire ses propres dires, au nom du Chef de l’État, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo.

Après la réunion que l’abbé Théo a tenu dans la matinée de ce samedi 24 février 2024, des indiscrétions glanées dans les couloirs du Palais de la Nation, on apprend que l’ “abbé régent” de la plateforme des Confessions religieuses a intimé, aux Chefs des Confessions religieuses présents dans la salle de réunion, de considérer l’Eveque Ejiba comme Représentant légal de l’Eglise de réveil et d’entamer une tournée à propos de la situation sécuritaire à l’Est du pays auprès des quelques ambassades, sous la conduite de l’Évêque Ejiba.

Le but? Offrir à ce dernier une visibilité et une tribune qui donneraient à l’opinion l’illusion de sa légitimité.

“Un peu comme cela avait été tenté sans grand succès lors de la cérémonie d’investiture du Président de la République en janvier dernier”, fait-on remarquer.

L’urgence de la démarche trouverait sa raison d’être, si l’on en croire nos sources à la présidence, dans le fait que l’Eglise du réveil du Congo a, en bonne et due forme, convoqué, à travers son représentant légal Dodo Kamba, l’Assemblée générale statutaire qui débute ce jeudi 29 février. Et les 180 membres effectifs disséminés à travers le pays, dont les invitations ont été lancées depuis un moment font déjà le déplacement de Kinshasa.

“L’évêque Ejiba et ses maîtres à penser qui se trouvent à la présidence de la République sont pris dans leur propre piège et tente fonder la légimité de notre frère Ejiba en intimidant la plateforme des confessions religieuses comme si celles-ci auraient un mot à dire dans le choix des dirigeants de l’ERC “, lâche un membre effectif de cette organisation confessionnelle.

Et ce dernier d’appuyer: “Cette façon de faire jette l’opprobre sur le Président de la République qui a fait, depuis sa prise de pouvoir en 2019, de l’État de droit son leitmotiv”.

Depuis début janvier, le Conseil d’État a suspendu les effets de l’arrêté reconnaissant l’Évêque Ejiba comme Représentant légal avant que le Tribunal de grande instance de Kalamu annule les décisions prises par le groupe des quelques pères fondateurs de l’ERC dirigé par l’archevêque Albert Kankienza, notamment celle nommant, au mépris des textes de cette église, Ejiba Yamampia comme représentant légal.

A ce jour, Dodo Kamba jouit de toute la légalité nécessaire pour diriger l’Église du Réveil, rassure-t-on.

René Kanzuku