octobre 25, 2020

Le Regard

De l'information fouillée et vérifiée

Covid-19: PMVS lance une campagne de sensibilisation de proximité

 

Dans le but de renforcer la communication pendant cette période de crise sanitaire en République démocratique du Congo du Congo, le Programme multisectoriel de vulgarisation et sensibilisation-PMVS- lance une campagne des sensibilisatons de proximité sur les préventions de lutte contre le COVD-19.

Cette série de descente sur terrain se déroulera du mardi 12 au mardi 19 mai 2020.

À en croire le Coordonnateur de PMVS, Ludovic Kalengayi, sa structure se lance dans ce projet socialement noble avec les moyens du bord, après une demande d’accompagnement auprès du gouvernement de la République, sans succès.

« Nous avons réfléchi sur les causeries éducatives et les counseling, afin d’expliquer à la population les différentes raisons des ports de masques, du lavage des mains et l’importance du confinement, explique-t-il à Le Regard.

Selon PMVS, cette sensibilisaton couvrira toutes les communes de la ville de Kinshasa, épicentre de la pendémie de Covid-19 en RD-Congo, pendant pratiquement 7 jours.

« Nous avons saisi les premières situations de toutes les communes. Nous allons travailler durant 7 jours. L’objectif principal est d’atteindre 96% de la population sur l’information et les raisons des mesures de prévention, renchérit Ludovic Kalengayi.

D’après PMVS, une mauvaise communication a été observée dans l’exercice de la sensibilisation par gouvernement, « car la population ne savait pas pourquoi elle doit laver les mains ».

Et d’ajouter: « Dans notre logique Première de Planification familiale qui est notre premier projet, nous nous sommes dits d’ajouter dans notre message, la planification de famille, surtout en cette période de crise. Car, le non respect de cette planification apportera des conséquences plus grave dans le future ».

Puis: « Notamment, le taux élevé de mortalité des enfants, car tant que le taux de natalité est élevé, le taux de mortalité est aussi élevé. Laisser naître les enfants qui pourront peut-être être victimes de famine, de chômage, de malnutrition, est un crime en avance ».

Christelle Luyindula