28/01/2023

Le Regard

De l’information fouillée et vérifiée

Agression M23: les Confessions religieuses disent non à tout accord compromettant et organisent une marche ce 19 novembre

Les Chefs des Confessions religieuses  congolaises joignent leur voix à toutes les autres des différentes couches sociales pour dénoncer les actes terroristes qu’inflige le M23 à la population de l’Est de la République démocratique du Congo.

Réunis ce vendredi 11 novembre 2022 à leur siège dans la commune de la Gombe, ces Hommes de Dieu membres de la Plateforme des Confessions religieuses de la RD-Congo ont fait part à l’opinion nationale et internationale d’une déclaration découlant d’une séance d’analyse de “la situation sécuritaire du pays et l’appel à l’unité nationale lancé par le Président de la République face à l’agression rwandaise sous le Hébuleux M23”, qu’ils ont eu du 09 au 10 novembre 2022.

Après leur réflexion pendant ces deux jours, ces derniers  ont d’abord salué l’adresse du Chef de l’Etat Félix  Tshisekedi, appelant toutes les Forces vives de la Nation à l’unité nationale afin de faire face à l’agression imposée par le Rwanda.

“Les Chefs des Confessions religieuses félicitent le sens élevé du patriotisme dont font preuve les forces politiques et sociales, toutes tendances confondues, en mettant de côté leurs divergences pour répondre positivement à l’appel du Chef de l’Etat”, ont-ils déclaré ce vendredi 11 novembre 2022 devant la presse congolaise.

Et de poursuivre: “Les Chefs des Confessions religieuses saluent également la bravoure des députés nationaux qui ont, à l’unanimité, pris position contre toutes possibilités de mixage et d’intégration au sein des FARDC, de la police nationale et des services de sécurité, des éléments provenant des forces négatives qui sévissent à l’Est du pays, tout en soutenant clairement l’option de l’enrôlement individuel des Congolais au sein de l’Armée nationale”.

Ils ont également exhorté “nos vaillants militaires au front à redoubler d’effort pour la reprise totale de l’intégrité de notre territoire national”, avant d’encourager “tout processus tendant à un règlement pacifique des différends entre les Etats”.

Cependant, les Chefs  des confessions religieuses ont souligné que “l’approche diplomatique de règlement des conflits ne peut en aucun cas servir d’alibi pour porter préjudice aux intérêts fondamentaux de la Nation. A ce titre, ils désapprouvent toute tendance visant à imposer au Gouvernement congolais une voie à suivre”.

“Ils désapprouvent également tout accord susceptible de compromettre les intérêts et la souveraineté de notre pays.

Tout en saluant la loi de programmation militaire, ils exhortent le Gouvernement à doter les FARDC des moyens militaires nécessaires pour leur montée en puissance, avec un personnel militaire suffisamment motivé et équipé. En revanche, ils demandent qu’une prise en charge conséquente soit assurée aux militaires blessés de guerre.

“Les Chefs des Confessions religieuses demandent aux Nations Unies la mise sur pied, conformément au Rapport mapping, d’un tribunal pénal pour la RDC afin de juger les auteurs de crimes odieux commis sur la population congolaise”, a-t-on lu dans leur déclaration.

Ainsi, les Chefs des Confessions religieuses invitent tous les Congolais, croyants en Dieu de toutes les Confessions et communautés religieuses et non croyants, hommes et femmes, maraichères et cadres d’entreprises, acteurs politiques et de la société civile à prendre part à la marche qu’ils organisent le samedi 19 novembre 2022, sur toute l’étendue de la République, pour dire tous comme un seul homme «NON à la guerre injustement imposée à la RDC, Non à la balkanisation de la RDC».

Rhudy Mialoundama