Il était jugé pour « recel de détournement de deniers publics » et « blanchiment de capitaux » par le tribunal correctionnel d’Abidjan.

Ses avocats ont boycotté l’audience car ils « refusent de défendre leur client dans ces circonstances », selon Valérie Bony la correspondante de la BBC à Abidjan.

Sur Twitter, Guillaume Soro a réagi à sa condamnation en réaffirmant sa candidature à la présidentielle ivoirienne prévue en octobre prochain.

LR