octobre 28, 2020

Le Regard

De l'information fouillée et vérifiée

Grand Corps Malade: les vertus de Coronavirus!

<<Et si ce virus avait beaucoup d’autres vertus que celle de s’attaquer à nos poumons vulnérables.
S’il essayait aussi de nous rendre la vue sur nos modes de vie devenus préjudiciables.
Si on doit sauver nos vies en restant bien chez soi, on laisse enfin la terre récupérer ce qu’on lui a pris. La nature fait sa loi en reprenant ses droits, se vengeant de notre arrogance et de notre mépris. Et, est-ce un hasard si ce virus immonde, n’attaque pas les plus jeunes, n’atteint pas les enfants, il s’en prend aux adultes responsables de ce monde. Il condamne nos dérives et épargne les innocents.
Ce monde des adultes est devenu si fébrile
L’ordre établi a explosé en éclats.
Les terriens se rappellent qu’ils sont humains et fragiles.
Et se sentent peut-être l’heure de remettre tout à plat.
Et si ce virus avait beaucoup d’autres pouvoirs que celui de s’attaquer à notre respiration. S’il essayait aussi de nous rendre la mémoire sur les valeurs oubliées derrière nos ambitions.
Et si ce virus avait le don énorme de rappeler ce qui nous est vraiment essentiel>>, a slamé Grand Corps malade

À travers cette chanson intitulée « Effets Secondaires », de son vrai nom, Fabien Marsaud, le slameur français de Saint-Denis, Grand Corps Malade livre ses réflexions sur la crise de Covid-19, avec une musique de Mosimann. Cet artiste aux titres qui font toujours réfléchir a lancé ce tube au profit de la Fondation Hôpitaux de Paris, Hôpitaux de France.
C’est depuis son confinement à Saint-Denis que ce slameur handicapé a écrit « Effets Secondaires ».
À l’en croire, l’intégralité des revenus de ce morceau sera reversée à l’hôpital Delafontaine de Saint-Denis (93) et l’hôpital François Quesnay de Mantes la Jolie (78) via la Fondation Hôpitaux de Paris – Hôpitaux de France.

« En ces temps confinés on s’est posés un peu, loin des courses effrénées, on a ouvert les yeux. Sur cette époque troublée, ça fait du bien parfois, se remettre à penser même si c’est pas par choix. Alors, entre les cris d’enfants et le travail scolaire, entre les masques et les gants, entre peur et colère, voyant les dirigeants flipper dans leur confuse gestion, en ces temps confinés on se pose des questions », rime-t-il en introduction.

Lundi, la vidéo postée à la veille du week-end avait été vue plus de 900.000 fois.

Hommage aux « transparents de la République »

Enfant de Saint-Denis, Fabien Marsaud alias Grand Corps Malade questionne dans son texte les racines et les conséquences de cette crise sanitaire et rend hommage aux « transparents de la République » et à l’hôpital, qui criait au secours depuis des mois avant l’arrivée du Covid-19.

« Bien avant le corona l’hôpital suffoquait, il toussait la misère et la saturation », rappelle-t-il. « Nos dirigeants découvrent qu’il y a lieu d’être inquiets, maintenant qu’il y a la queue en réanimation. »

« Et si ce virus nous montrait qui sont les vrais héros, ceux qui trimaient déjà dans nos pensées lointaines, ce n’est que maintenant qu’ils font la une des journaux, pendant que le Cac 40 est en quarantaine », slame-t-il.

« On se découvre soudain semblables, solidaires, tous dans le même bateau pour affronter le virus. C’était un peu moins le cas pour combattre la misère, on était moins unis pour accueillir l’Aquarius. »

Grand Corps Malade était en train de finaliser son nouvel album studio lorsque le confinement a été ordonné le 17 mars. L’album Mesdames est constitué d’une dizaine de duos avec des chanteuses et des actrices.

Le Regard