28/01/2023

Le Regard

De l’information fouillée et vérifiée

Mission d’enquête du Sénat à Mbandaka: voici les dessous des cartes de la polémique

Suite à une motion d’information du sénateur Omba Bampunga lors d’une plénière, le Sénat RD-congolais a diligenté une enquête parlementaire à Mbandaka, chef-lieu de la province de l’Equateur dont l’objet porte sur «les incidents survenus à Mbandaka entre la communauté estudiantines et les agents de l’ordre ayant occasionné mort d’homme; la légalité d’incarcération des députés et ministres provinciaux dans la prison centrale de Mbandaka et les conditions de détention préventive des détenus en général suite au décès de 9 prisonniers dans la prison centrale de Mbandaka».

«La situation est connu de tous. Nous allons demander à notre collègue d’user des pouvoirs lui reconnus par les textes pour introduire la demande de constitution d’une mission d’enquête», répondait Modeste Bahati, président de cette chambre haute. Ce qui fut fait. La mission séjourne à Mbandaka du 27 avril au 4 mai 2022.

Mais curieusement, a en croire un article publié sur le net, certaines personnalités politiques attribueraient la paternité de cette enquête régulière des sénateurs au ministre de l’Aménagement du territoire, Guy Loando Mboyo. Selon l’auteur du papier qui évoque, sans les citer nommément, certains acteurs politiques originaires de ce coin du pays, Loando voudrait faire tomber le gouverneur Bobo Boloko pour le remplacer par un homme à lui. Mais déjà, un questionnement mérite d’être soulevé à ce niveau: «Quel pouvoir Loando a-t-il sur le Sénat? Les faits relevés dans l’ordre de mission, sont-ils vrais ou relèvent-ils d’une simple vue d’esprit du Sénat? Pourquoi Loando qui, hier, était accusé de protéger le même gouverneur deviendrait aujourd’hui son «bourreau».

Beaucoup d’observateurs estiment que les faits sont travestis à volonté pour salir Guy Loando dont la montée en puissance dans tout le grand Équateur inquiète particulièrement à cette heure de grands enjeux, à la veille de 2023. En effet, Guy Loando gêne. La fulgurance avec laquelle il a réussi à se faire une place de plus en PJ lus grandissante inquiète. D’où le besoin pour certains politiques pris de court de le salir et le mettre en porte-à-faux avec Félix Tshisekedi.

Une messe noire à Pumbu…

A en croire nos fins limiers, des acteurs politiques influents de l’Equateur, des émissaires du gouverneur Bobo Boloko et quelques hommes des médias ont tenu une réunion dans les après-midi du vendredi 29 avril dernier, à Kinshasa dans la discrétion de la Gombe. Réunion qui a tourné autour du sort du gouv’ Boloko. Loando y a été cité comme celui qui veut éjecter Bobo Boloko.

 

Ces personnalités politiques ont également partagé leur inquiétude de voir «Loando prend de plus en plus de l’ancrage dans le Grand-Equateur», nous a-t-on chuchoté. D’où 1000 USD auraient été remis à chaque journaliste présent pour un travail de sape de l’image de l’homme de Widal Fondation.

Un problème de leadership!

Voilà qui permet de mieux comprendre la guerre médiatique ourdie contre Loando dont le plus grand péché reste l’action en faveur de la population, comme il le soutient, «en vue de la concrétisation de la vision du Chef de l’État». Voilà qui explique cette tentative de discréditer la mission parlementaire dont on a accusé d’avoir perçu chacun 30. 000 USD pour pondre un rapport salé contre le gouv’ Boloko. Voilà que ce que certains qualifieraient de mesquinerie est mis à nu. Dans l’opinion, des observateurs pensent que cette campagne ratée contre Loando, est un acte désespéré des personnes qui ont trop dormi sur leurs lauriers. En fait, le gouverneur Bobo Boloko et ses soutiens circonstanciels devraient laisser la mission parlementaire faire son travail régalien en toute liberté. La démarche actuelle pourrait paraître déjà comme une fuite en avant.

René Kanzuku