29/05/2024

Le Regard

De l’information fouillée et vérifiée

RDC: communicateur de l’Union Sacrée, Prince Kinana dénonce avec chiffres à l’appui, la gestion calamiteuse de Fabrice Lusinde à la tête de la SNEL

Dans un point de presse qu’il a tenu ce vendredi 8 septembre 2023 à Kinshasa, Prince Kinana, communicateur de l’Union  Sacrée de la Nation, pointe du doigt le Directeur général de la Société nationale d’électricité, Fabrice Lusinde dans ce qu’il qualifie de megestion à la tête de cette société publique.

“La surfacturation, le surendettement, l’incompétence et surtout la médiocrité au sein de la SNEL nous font pousser à réfléchir sur la manque de la gestion orthodoxe au sein de la SNEL”, argue Prince Kinana.

Et d’expliquer: “Parlons de la surfacturation, je vous amène quelques notes. C’est le cas du projet de la construction d’un poste des 220 kV à Kinsuka,  chiffré à la hauteur de  351.624 155,41$ visant à construire un poste à deux transformateurs à 100 mégawatts exactement comme le poste de la Funa, un projet que Monsieur Lusinde continue à financer sans dénoncer la surfacturation faite par son prédécesseur Kayombo”.

Ce projet qui  coûte trop cher à la République, précise-t-il, est comparable à la poste de Makala de même puissance ayant coûté la République sous le régime Kabila six millions de dollars américains et celle de Kimbanseke qui a coûté 8 millions de dollars américains y compris la réhabilitation et la modernisation de barrage d’Inga dont le coût global était de 4. 200.000$.

“Posons-nous maintenant la question de savoir est-ce que sous le régime Tshisekedi une poste peut coûter 35 Millions de dollars alors que la centrale Zongo II avec ligne a coûté à la République 381 millions de dollars ? C’est une supercherie et une surfacturation que nous ne pouvons plus tolérer. Aucune poste n’a jamais dépassé 20.000.000 $ ayant  au moins 300 mégawatts avec 50 kg”, dénonce-t-il.

Ce communicateur de l’Union sacrée de la nation, plateforme politique  du pouvoir  en place, s’interroge par quel miracle le DG de la SNEL qui a été suspendu par une mesure conservatoire du ministère de tutelle, suite à une recommandation de l’Assemblée Nationale qui est une représentation légitime du peuple congolais, demandant sa révocation pour notamment, mesgestion, médiocrité et incompétence notoire à la tête d’une entreprise technico-commerciale, pourrait revenir aux affaires ?

À en croire Prince Kinana, le Directeur général de la société nationale d’électricité a défié les Congolais :

« c’est une 𝚎𝚜𝚌𝚛𝚘𝚚𝚞𝚎𝚛𝚒𝚎  𝚍𝚞 𝚜𝚒è𝚌𝚕𝚎.S𝚒𝚐𝚗𝚊𝚝𝚞𝚛𝚎 𝚍𝚞 𝚌𝚘𝚗𝚝𝚛𝚊𝚝 𝚕𝚎 18 𝚓𝚞𝚒𝚕𝚕𝚎𝚝 2023 𝚍è𝚜 𝚜𝚊 𝚛é𝚒𝚗𝚝é𝚐𝚛𝚊𝚝𝚒𝚘𝚗 𝚊𝚟𝚎𝚌 𝙴𝙽𝙴𝚁𝙳𝙲 𝚜𝚊𝚗𝚜 𝚕’𝚊𝚟𝚊𝚕 𝚍𝚞  𝙲𝚘𝚗𝚜𝚎𝚒𝚕 𝚍’𝚊𝚍𝚖𝚒𝚗𝚒𝚜𝚝𝚛𝚊𝚝𝚒𝚘𝚗.𝙲𝚎 𝚏𝚊𝚖𝚎𝚞𝚡 𝚌𝚘𝚗𝚝𝚛𝚊𝚝 𝚂𝙽𝙴𝙻-𝙴𝙽𝙴𝚁𝙳𝙲 𝚚𝚞𝚒 𝚌𝚘𝚗𝚜𝚒𝚜𝚝𝚎 à 𝚕𝚊 𝚖𝚒𝚜𝚎 𝚎𝚗 𝚙𝚕𝚊𝚌𝚎 𝚍’𝚞𝚗 𝚜𝚢𝚜𝚝è𝚖𝚎 𝚍𝚎 𝚌𝚘𝚖𝚙𝚝𝚊𝚐𝚎 é𝚟𝚘𝚕𝚞é 𝚎𝚝 à 𝚝é𝚕é 𝚛𝚎𝚕è𝚟𝚎 𝚙𝚘𝚞𝚛 𝚕𝚎𝚜 𝚌𝚕𝚒𝚎𝚗𝚝𝚜 𝙼𝚃 𝚎𝚝 𝙷𝚃 𝚍𝚎 𝚂𝙽𝙴𝙻 𝚂𝙰 𝚍𝚘𝚗𝚝 𝚕𝚎 𝚖𝚘𝚗𝚝𝚊𝚗𝚝 𝚍𝚞 𝚙𝚛𝚘𝚓𝚎𝚝 𝚜’𝚎𝚟𝚊𝚕𝚞𝚎 à 27.889.920,50 𝚄𝚂𝙳 𝚊𝚟𝚎𝚌 𝚒𝚗𝚝é𝚛ê𝚝𝚜 13.589.586,28 ( 𝚒𝚗𝚝é𝚛ê𝚝 𝚙𝚘𝚞𝚛 𝚚𝚞𝚒 ?).𝙰𝚟𝚎𝚌 𝚌𝚘𝚖𝚖𝚎 𝚏𝚛𝚊𝚒𝚜 𝚍’𝚘𝚙é𝚛𝚊𝚝𝚒𝚘𝚗𝚜 𝚎𝚝 𝚖𝚊𝚒𝚗𝚝𝚎𝚗𝚊𝚗𝚌𝚎 : 48.510.493,22 𝚄𝚂𝙳
𝚂𝚘𝚞𝚜 𝚕𝚊 𝚋é𝚗é𝚍𝚒𝚌𝚝𝚒𝚘𝚗 𝚘𝚞 𝚊𝚟𝚎𝚌 𝚕𝚊 𝚌𝚘𝚖𝚙𝚕𝚒𝚌𝚒𝚝é 𝚍𝚎 3 𝙼𝚎𝚖𝚋𝚛𝚎𝚜 𝚍𝚞 G𝚘𝚞𝚟𝚎𝚛𝚗𝚎𝚖𝚎𝚗𝚝 𝚖𝚒𝚗𝚒𝚜𝚝è𝚛𝚎 𝚍𝚎 𝚏𝚒𝚗𝚊𝚗𝚌𝚎𝚜, 𝚙𝚘𝚛𝚝𝚎𝚏𝚎𝚞𝚒𝚕𝚕𝚎, 𝚎𝚝 𝚖𝚒𝚗𝚒𝚜𝚝è𝚛𝚎 𝚍𝚎 𝚕’é𝚗𝚎𝚛𝚐𝚒𝚎 𝚎𝚝 𝚛𝚎𝚜𝚜𝚘𝚞𝚛𝚌𝚎𝚜 𝚑𝚢𝚍𝚛𝚊𝚞𝚕𝚒𝚚𝚞𝚎𝚜
𝙿𝚎𝚗𝚍𝚊𝚗𝚝 𝚚𝚞𝚎, 𝚕𝚊 𝚂𝙽𝙴𝙻 𝚍𝚎𝚟𝚛𝚊 𝚛𝚎𝚖𝚋𝚘𝚞𝚛𝚜𝚎𝚛 750.000 𝚄𝚂𝙳/ 𝚖𝚘𝚒𝚜 𝚙𝚎𝚗𝚍𝚊𝚗𝚝 10 𝚊𝚗𝚜. 𝙲’𝚎𝚜𝚝 𝚍𝚞 𝚟𝚘𝚕 . 𝚄𝚗 𝚌𝚘𝚗𝚝𝚛𝚊𝚝 𝚟𝚎𝚗𝚝𝚛𝚊𝚕”.

Et de conclure,

“Lusinde n’avait ni vision ni programme ni projet de relance de la société ayant dans sa poche un plan macabre de declarer la société en faillite en vue de la scinder.Lusinde refait surface à la tête de la même société suite à une lettre de la ministre d’État au portefeuille Mme Adèle Kahinda qui est venue cracher sur le visage de tout un peuple via ses élus légitimes et crée une crise entre l’Assemblée Nationale et le gouvernement. Profitant des vacances parlementaires, les ennemis de la République et amis à Lusinde ont tenté le risque d’un conflit inter-institutionnel entre Assemblée nationale et le gouvernement “.

Nénette Fwamba