04/02/2023

Le Regard

De l’information fouillée et vérifiée

RDC: L’archevêque Nzinga accuse les Conseillers du Chef de l’Etat de vouloir déstabiliser l’UEIC

L’Union des églises indépendantes du Congo -UEIC- a tenu une conférence de presse samedi 28 mai 2022 au rond-point Kabambare, dans la commune de Barumbu. Au cours de cette activité, l’archevêque Simon Nzinga Maluka, représentant légal de cette confession religieuse a recadré ses détracteurs qui l’accusent de kabiliste. Dans ses propos, cet homme de Dieu a clairement mis en garde quelques conseillers du Président de la République  qui manipuleraient  les «dissidents» de l’UEIC. «Il y a des conseillers du Président de la République qui manipulent nos membres qui ont quitté afin de déstabiliser l’UEIC. Je les préviens  que s’ils continuent, je vais citer leurs noms à la presse».  

«Ils mentent, ils leur disent qu’ils sont envoyés par le Chef de l’Etat et qu’on va m’arrêter. C’est faux! Je connais le président Tshisekedi. C’est notre fils, il est sorti de nos églises et il est respectueux envers la loi. Nous, nous sommes une organisation apolitique, partenaire de l’État congolais et liée au pays par une convention. Ces conseillers les ont mentis soi-disant qu’on va m’arrêter. Et pourtant, je suis constamment invité dans des manifestations aux côtés du Président Tshisekedi qui est en même temps mon patron en tant que fonctionnaire de l’Etat. S’ils continuent, je vais cette fois-ci les dénoncer nommément», a-t-il prévenu devant la presse et plusieurs évêques et pasteurs, membres de l’UEIC.

En bon père, le Révérend Nzinga a appelé  les dissidents à s’humilier, demander pardon pour revenir à la maison sans condition afin de poursuivre ensemble l’œuvre d’évangélisation et d’encadrement des brebis.

Évoquant les causes des tensions, Simon Nzinga a rappelé son éviction illégale par les 29 membres parmi les 164 que comptait cette confession religieuse. C’était lors d’une assemblée générale convoquée en 2020, pour modifier et amender certains points des statuts de leur organisation.

Selon ce représentant légal de l’UEIC, cette procédure entachée d’irrégularités ne pouvait qu’accoucher d’une souris dès lors que les personnes admises aux travaux n’en avaient pas qualité parce que n’étant pas membres de l’UEIC, et l’ordre du jour adopté et repris dans le PV à la fin des assises était contraire à celui repris dans l’invitation adressée par lui aux «vrais» participants. Il a aussi noté la non-conformité de la date de convocation des travaux.

«Ceux qui se sont écartés (ses détracteurs, ndlr) sont tout simplement exclus. Ceux qui veulent revenir, ils n’ont qu’à demander pardon…  Sinon, ils peuvent tout simplement créer leur plateforme religieuse car le bicephalisme est interdit par la loi», a-t-il conclu.

René Kanzuku