26/02/2024

Le Regard

De l’information fouillée et vérifiée

RDC: le candidat président Junior Moïse Monsese exige la tenue des élections dans le délai constitutionnel

Sans faire les yeux doux, le candidat président de la république au scrutin de 2023, Junior Moïse Monsese Ngoya a réitéré sa détermination de voir la tenue des élections << Crédibles, inclusives et apaisées>> dans le délai constitutionnel, soit en décembre 2023, selon le calendrier publié par la CENI.

Dans un entretien accordé à Le Regard, le potentiel challenger de Félix Antoine Tshisekedi rappelle que le mandat de l’actuel régime doit être considéré épuisé en cas d’enchaînement des manœuvres dilatoires.

Au regard de la situation sécuritaire qui prévaut dans la partie Est de la République démocratique du Congo, la question liée à l’organisation des échéances électorales dans le délai ne cesse de diviser la classe politique congolaise.

Il y a peu, le Chef de l’État congolais Félix Antoine Tshisekedi laissait planer le doute sur le respect du calendrier électoral lors de la conférence de presse animée conjointement avec son homologue français.

«La persistance de la guerre dans l’Est de notre pays risque d’hypothéquer le processus électoral dont les opérations d’enrôlement sont déjà en cours par suite de déplacements massifs des personnes de zones de combat, de l’insécurité et d’inaccessibilité à ces zones. Il est donc absolument impérieux que la communauté internationale s’implique davantage activement aux côtés de la RDC pour la restauration de la paix et de l’autorité de l’État dans cette partie du territoire national », plaidait-il devant Macron.

Vent débout, l’opposition congolaise reste intransigeante. Pour Junior Moise Monsese Ngoya , le régime dit des <<jouisseurs>> tombe caduque après le mois de décembre. « le peuple congolais est prêt à se choisir un leadership responsable au délai fixé par la constitution, seulement nous remarquons certaines manœuvres voulant pousser le régime à un enchaînement. Si tel est le cas, le mandat de l’actuel président doit être considéré comme étant fini », a-t-il prévenu ce jeudi 9 mars 2023.

Pendant ce temps, la Commission électorale nationale indépendante poursuit les opérations d’enrôlement et d’identification des électeurs. Après la première aire opérationnelle, l’enregistrement des électeurs se poursuit dans la deuxième et la troisième aire opérationnelle. Selon les dernières statistiques de la CENI, 25 millions de Congolais se sont déjà enrôlés, ce qui représente 51 pourcent des électeurs attendus au vote.

En février dernier, Junior Moise Ngoya Monsese, président national du parti politique Énergie Nouvelle avait annoncé sa candidature à l’élection présidentielle de 2023.

Jimmy Sita