01/02/2023

Le Regard

De l’information fouillée et vérifiée

RDC: le poète Olivier Sangi éclaire l’opinion sur le nom “Ko-Ngo”, origine du “Congo”

Dans un entretien accordé à Le Regard mardi 15 février 2022 dans son bureau de travail à Lingwala, le poète congolais Olivier Sangi Lutondo dit ambassadeur de la paix, a éclairé l’opinion publique sur les différents sens du mot “Ko-ngo”, origine ou source de l’appellation actuelle “Congo (République démocratique du Congo)”, du point de vue historique.

Selon cet artiste, “KO-NGO” signifie “Coeur de Mère Afrika”.

“Notre pays des noirs (KEMIT) originellement s’appelait (AT KA PTAH) qui veut dire “le deuxième coeur de Dieu”. C’est par déformation qu’on a fini par le nommer Égypte et plus tard Afrique”, a-t-il fait savoir avant de poursuivre : “le nom KO-NGO veut aussi dire coeur ou âme (force) de Léopold. Autrement dit ‘notre pays KO-NGO (République Démocratique du Congo) est symboliquement le coeur de l’Afrique”.

Historiquement, souligne-t-il, le Royaume Kongo, s’étendait de l’Angola, Congo-Kinshasa, Congo-Brazzaville, Gabon et même une partie du Cameroun.

“C’est à la conférence de Berlin de février 1885 lorsque les braconniers colonialistes et impérialistes de l’Afrique ont dépiècé, dans leur convoitise égocentrique l’Afrique, ils n ont pas blessé le coeur de l’Afrique. Ces forces ténébreuses ont oublié de saigner le coeur de l’Afrique c’est-à-dire le Congo-Kinshasa. Rappelons-nous que le KO-NGO (Congo Belge) a connu une colonisation sauvage, terrible et horrible”, a expliqué a le poète Olivier Sangi.

Par ailleurs, il a laissé entendre que dans le dessin macabre que l’Afrique noire toute son entière ne puisse jamais se réveiller.

Notre pays, a-t-il rappelé, est la gâchette de l’Afrique, cœur qui nourrit avec son sang riche et limpide toute l’Afrique et irrigue avec son grand poumon, toute l’Humanité aujourd’hui en désarroi.

Appel à la vigilance et à la conservation de l’unité nationale en RDC

“Ce nouveau complot doit nous interpeller et réactiver notre conscience historique. En effet, aujourd’hui encore, avec la complicité de nos frères africains esclaves occultes de leurs parrains occidentaux expansionnistes, cherchent de nouveau à blesser et affaiblir l’Afrique noire en général en tentant d’assainir mortellement le coeur de l’Afrique, c’est-à-dire la RDC. Nous devons tous réactiver les forces démocratiques, souveraines et révolutionnaires de nos ancêtres avec Kimpa-Vita, Kimbangu, Mbuya Nehanda, Kwame Nkrumah, Sankara, Lumumba, Mandela, Umiyobe, Mzee Laurent-Desiré Kabila et tant d’autres”, a-t-il appelé.

Le poète a, en même temps, préconisé la mobilisation de tous comme un seul homme afin de faire avorter, dans l’oeuf, l’idée diabolique de balkaniser la RDC.

À l’en croire, Ce n’est pas par hasard que cet actuel projet se reactionne au mois de février comme jadis à la conférence de Berlin en 1885. En Cokwe, on dit: ” Kuteta kahadi kulemana phoko”, ce qui veut dire en francais : “Partager pour la seconde fois, c’est se blesser avec le couteau”.

Il estime ainsi que l’heure a ainsi sonné pour que toute la population africaine, en particulier sa jeunesse, se réapproprie les enjeux historiques, afin que les enfants africains ne soient plus jamais considérés comme étrangers en occident et surtout étrangers sur la terre même de leurs propres ancêtres.

Le poète pense aussi qu’il est utile de connaître son passé historique afin que les générations futures ne soient pas perdues.

“Voilà pourquoi nous activons notre conscience historique. Le Royaume Kongo nous aide à consolider notre vie actuelle de congolais et africains solidaires dans la sauvegarde des acquis de la conférence de Berlin, même si c’était fait sans nous, sinon les occidentaux vont toujours nous diviser afin de nous dominer….”, a-t-il déclaré.

Par ailleurs, Il a déclaré avoir apporté cette contribution puisque le monde se trouve dans la semaine du milieu de février qui symbolise la pleine dualité politique, sociale et culturelle.

Marie-Parousie Immaculée