octobre 30, 2020

Le Regard

De l'information fouillée et vérifiée

RDC: les chefs des confessions religieuses promettent de traîner en justice tout celui qui tenterait de les corrompre

À travers un communiqué de presse signé conjointement par 4 chefs des confessions religieuses jeudi 03 septembre, ces derniers mettent en garde tout celui qui tenterait d’acheter leur conscience  en les corrompant.

Dans Ce communiqué, les hommes de Dieu disent traduire en justice toute personne potentielle qui les approcherait à cet effet. Ce document de mise en garde est consécutif à une alerte qui a fait le tour des réseaux sociaux dernièrement, annonçant une éventuelle somme d’argent promise à ces serviteurs de Dieu afin de les pousser à revenir sur leur choix porté sur le candidat président de la CENI, Ronsard Malonda.

Dans cette alerte, on pouvait lire ce qui suit: « Une information à prendre au sérieux

Le duo catholique/protestante sont sur une nouvelle carte.

sous l’accompagnement de leur partenaire financier, U.E , elles vont utiliser le même paquet conçu pour l’organisation matérielle et technique du forum faire des propositions moyennant une enveloppe d’aumoins 100 mille dollars américains par plate forme de confession religieuse et après l’acceptation de celle-ci,  imposer leur droit de veto en tant  que les églises les plus populaires de la RDC , isoler IMAM MOUSSA l’actuel Président ai de la CIME pour sa lucidité et rigueur dans la prise des décisions sur cette affaire , imposer leur candidat comme délégué des confessions religieuses à la CENI lors de reprise du processus de désignation étant donné que l’FCC/CASH au pouvoir ne sont prets pour la réforme électorale en RDC.
VOICI LES ÉGLISES DÉJA CONTACTEES:
1 . Église de réveil voir KANKIENZA,
2. Église KIMBANGUISTE voir l’actuel délégué à la CIME,
3. Église Orthodoxe voir le professeur FUMU NZANZA,
4. Église Indépendante du Congo voir Monségur NZINGA
5. Église ARMÉE DU SALUT encours de négociation car ce lui qui  pourra porter la candidature proposée par le duo« .

Après cette alerte aux allures d’une simple rumeur, des sources concordantes ont confirmé qu’il y a  bel et bien une machination tendant à écarter l’Imam Moussa, coordonnateur des chefs des confessions religieuses et président a.i  de la Comission d’intégrité et médiation électorale-CIME- pour mettre fin à ce choix de Malonda.

Soulignons que les deux autres signatures qui manquent se justifient par l’empêchement du représentant de l’église Kimbanguiste, retenu à Nkamba pour de raisons professionnelles et celui de l’Armée du Salut qui est fin mandat. Ci-dessous le communiqué en question :