janvier 23, 2021

Le Regard

Vous souhaite meilleurs voeux 2021

RDC: Tshisekedi-Kabila, parfum de divorce avant le très attendu oral du dimanche

0 Partages

C’est peut-être le parfum de divorce qui s’est échappé des girons de la présidence de la République telle la marmite lâche l’odeur de la nourriture en cuisson.

Nous serons sans nul doute à table le dimanche 6 décembre aux alentours de 14h lorsque le Président de la République Félix Tshisekedi va annoncer les décisions prises après les consultations de diverses couches de la société RD-congolaise pendant 3 semaines.

La veille de cet oral très attendu du Chef de l’Etat, l’ancien Président Joseph Kabila n’a pas pu effectuer le déplacement de Lubumbashi alors que le décor était déjà planté: deux avions affrétés stationnés au tarmac de l’aéroport de N’Djili, des militants mobilisés dans la capitale cuprifère pour un accueil de haut rang au Raïs, des bonzes du FCC bien en place au salon VIP à l’aéroport de la capitale…

En dernière minute, le voyage a été annulé sinon reporté sine die. Le camp Kabila accuse la présidence de la République d’avoir empêché son leader de se rendre à Lubumbashi. « La Présidence, en violation de la Constitution, a empêché l’avion du Président honoraire Kabila de se rendre à Lubumbashi où des milliers des partisans l’attendaient », ont rapporté, à AfricaNews, des sources samedi, évoquant « la restriction de la liberté de circulation et de mouvement ».

Les pro Fatshi pensent que Kabila veut fuir. Quoi? Et pourquoi? Rien de sûr mais ce tweet de Noël Tshiani en dit long: « On annonce seulement que le Président Félix Tshisekedi s’adressera à la Nation le dimanche, les gens commencent à fuir la capitale Kinshasa le samedi. Que se passe-t-il? »

Le voyage avorté de Kabila annonce-t-il les couleurs de divorce entre les deux « partenaires » de la coalition FCC-CACH? La question vaut son pesant d’or tant les médias ont commencé à annoncer que la décision majeure du Président de la République sera la nomination d’un informateur pour identifier la (nouvelle) majorité au Parlement. Kabila veut-il « fuir » parce qu’il a conscience d’avoir perdu sa majorité? En attendant de trouver la réponse à cette question, une chose est sûre: le moment de suspense est loin de s’estomper. La crise, elle, pourrait s’accentuer.

Pendant ce temps, à l’Assemblée nationale, un groupe de députés annonce avoir recueilli plus de 250 signatures pour la pétition initiée en vue de la déchéance du bureau Mabunda. Au nombre des signataires, l’on compte quelques députés FCC qui ne se cachent pas d’avoir signé cette pétition. C’est le cas de Guy Mafuta Kabongo. Ces députés FCC ont-ils traversé?

Il y a peu, dans le camp Kabila, l’on a dénoncé des tentatives de débauchage des députés FCC moyennant 7.000$.

Le Regard