01/02/2023

Le Regard

De l’information fouillée et vérifiée

2023 et des grandes manœuvres: Kabila back, Shadary out

En perspective des élections de 2023, les différentes écuries politiques se mettent en ordre de bataille. Le Parti du peuple pour la reconstruction et le développement (PPRD) n’est pas en reste. Le parti de Joseph Kabila, qui ne jure que par la reconquête du pouvoir, voit son horloge indiquer l’heure des grandes manœuvres. Des stratégies se peaufinent en attendant le Congrès annoncé pour ce mois de mai.

Alors que tout semblait tranquille, une bombe a été larguée par Top Congo, annonçant que «Emmanuel Ramazani Shadary devrait être remplacé à la tête du PPRD». A en croire cette radio, le remplacement de Shadary, jusqu’à preuve du contraire Secrétaire permanent du parti kabiliste, voilà maintenant plus de 3 ans, est non seulement pour se conformer aux dispositions des statutaires mais rentre aussi dans le cadre des stratégies qu’entend déployer Joseph Kabila en prévision des élections à venir.

Dauphin de Kabila à la Présidentielle de 2018, Ramazani Shadary, depuis la débâcle à l’Assemblée nationale ayant dressé le lit à l’avènement de l’Union sacrée de la nation (USN), n’a plus jamais fait l’unanimité au sein du PPRD. Il est surtout très contesté par la nouvelle génération, les plus jeunes, qui tient au renouvellement et rajeunissement des animateurs du parti pour mieux faire face aux défis politiques de l’heure imposés par une vie d’opposants inhabituelle. Plus récemment, le Secrétaire permanent a vu sa proposition de mise en place être recalée. Est-ce un signe du début de la fin pour Shdary aux commandes du PPRD?

Kabila, l’élu éligible

Quelques instants avant la publication de cette information, des cadres du PPRD se sont lancés dans une campagne sur les réseaux sociaux au sujet de la validité de la candidature de Joseph Kabila à la présidentielle de 2023. Est-ce pour baliser la voie ou un pour servir de ballon d’essai? Est-ce cette coïncidence est un hasard? Vraiment?

«Notre Constitution a nettement proscrit la possibilité que le Président ait un temps de mandature semblable à celui du feu Président Mobutu. Elle n’a cependant aucunement proscrit la plausibilité de se représenter au-devant du Peuple, après un moment de discontinuité», a tweeté Patrick Nkanga, membre du bureau politique du PPRD et un de ces jeunes qui appellent de tous vœux un nouveau leadership à la tête du Secrétariat permanent du parti. Il est paraphrasé par Serge Kadima, ancien président de la Ligue des jeunes du PPRD qui estime: «Si le fait d’être Sénateur à vie ne peut empêcher Joseph Kabila d’élire, il ne peut pas non plus l’empêcher d’être élu».

Le décor est-il en train de se planter pour un come-back de Kabila? La balance penche pour le oui mais quand l’on sait que l’ancien Président de la République s’est éloigné de la scène politique depuis la remise et reprise avec son successeur, il y a lieu d’être prudent. Il faut surtout l’être, car l’homme a la réputation d’un spécialiste de contre-pied, tant son mutisme face aux enjeux politiques cruciaux laissent le boulevard à des spéculations, interprétations et commentaires qui ne ressemblent pas toujours à ses pensées.

Toutefois, il n’est presque pas un secret que le PPRD va, lors de son congrès de mai 2022, investir son candidat à la prochaine présidentielle. Ce sera l’enjeu majeur, outre la réorganisation du parti, vidé de ses nombreux cadres avec la création de l’Union sacrée de la nation (USN). Des grandes options seront levées, sans doute. Parmi lesquelles, le départ de Shadary du secrétariat permanent et le retour de Kabila?

LOI