28/01/2023

Le Regard

De l’information fouillée et vérifiée

CENI-RDC: la CENCO et l’ECC laissent tomber leurs masques(Tribune)

TRIBUNE :

Les Congolais assistent aujourd’hui à la sortie officielle d’une coalition politico-religieuse composée du tandem CENCO-ECC d’un côté, et de l’autre Lamuka de Martin Fayulu élargi au FCC et à l’Ensemble pour la République de l’homme d’affaires Moïse Katumbi Chapwe, connu très proche de la hiérarchie catholique.
Le 24 octobre 2021, ladite coalition dénommée «Forces sociales et politiques de la nation», à confondre à souhait avec celles mises en place bien avant par une dynamique de la Société civile conduite par Jonas Tshiombela, a fait une déclaration pour réclamer «une CENI véritablement indépendante, dépolitisée et en faveur des élections crédibles, libres, transparentes, inclusives et apaisées en 2023».

Voilà qui devrait pousser tout observateur digne de ce nom à se poser les bonnes questions sur l’attitude de la CENCO et de l’ECC lors du processus de désignation des animateurs de la CENI. A bien analyser, l’on se rend compte que les deux Eglises étaient dans un schéma que l’opinion semble ne pas maîtriser. D’ailleurs, les 6 autres Confessions religieuses ont dit plus d’une fois que la CENCO et l’ECC n’étaient pas dans la logique de désigner. Mais qui pouvait les entendre?

La vérité est, cependant, têtue. On peut mieux comprendre ce qui s’est passé hier à la lumière des évènements actuels. Tenez par exemple: le 27 juillet 2021, alors que les 8 Chefs des Confessions religieuses sont dans la salle pour désigner le président de la CENI et un membre de la plénière, à l’extérieur, dans l’enceinte du Centre interdiocésain, un groupe des jeunes de Lamuka est venu faire un sit-in réclamant l’abbé Nshole en ces termes : «Biso toyeli Nshole». Scandaient-ils veillant de ne rien casser dans cette parcelle catholique.

Ils lui remettent leur mémo par lequel ils demandent aux religieux de ne pas désigner leurs délégués à la CENI. «Le peuple a parlé», soulignait Nshole en remettant une copie du mémo à chaque responsable religieux présent dans la salle. Coïncidence? Avec du recul, on y voit plus un coup tordu préparé en avance. En effet, au moment où les 6 Confessions religieuses évoluent dans la recherche du consensus pour la désignation, la CENCO et l’ECC s’attèlent à tout prix à bloquer le processus pour ne pas procéder à cette désignation. Et la suite ne fera que conforter la thèse.

Le tandem CENCO-ECC sollicitera à trois reprises à l’Assemblée nationale la prolongation du délai de désignation des membres de la CENI. Mais la première fois, Utembi n’invitera pas les autres Confessions religieuses pour une réunion. La deuxième fois, la CENCO et l’ECC viendront avec une position déjà tranchée en réclamant le consensus. Et la dernière fois, le Président de la plateforme Mgr Utembi et son Vice-président Bokundoa vont inviter les autres Chefs religieux à une réunion qu’ils vont eux-mêmes sécher.

Des Maîtres dans l’art de la manipulation

Et au sortir de cette réunion, se prêtant aux médias, l’abbé Nshole de la CENCO et le révérend Nsenga de l’ECC annonceront unilatéralement l’organisation d’une autre réunion. Le but étant juste de créer de la confusion dans l’opinion.
Au fil des années, ils sont passés maîtres en la matière. On se souviendra encore de l’épisode Malonda. Comme aujourd’hui, la CENCO et l’ECC avaient accusé, lors d’une conférence de presse tenue le 10 juin 2020, les 6 Confessions religieuses d’avoir été corrompues à hauteur d’USD 50. 000 et d’une jeep chacune. Jusqu’à ce jour, les deux Eglises n’en ont jamais apporté la moindre preuve.

Qui crie au voleur!

Mais l’opinion se souvient moins du communiqué signé le 3 septembre 2021 par les 6 autres Confessions religieuses. Dans celui-ci, elles s’engageaient «à dénoncer tout haut et à traduire en justice quiconque les approchera à cet effet (ndlr: pour les corrompre)». Curieusement, à la publication de ce communiqué, certains bonzes s’étaient sentis morveux…
En effet, la veille de la publication du communiqué, un message (sur les réseaux sociaux) disait qu’USD 100. 000 étaient proposés à chaque Chef de Confession religieuse pour renier le vote de Malonda. A la même période, au cabinet du Président de l’ECC, un de ses collaborateurs a reçu une demande d’explication pour justifier l’utilisation de la modique somme d’USD 100. 000. Et ce dernier sollicitera le délai d’un mois pour tout régler. Selon des sources, l’argent était ramené de Lubumbashi par la soutane. Coïncidence? Suivez mon regard… Jouhandeau dit: «Si Dieu ressemble à ceux qui font œuvre de le servir, je vends mon âme au diable ».

Après la mise en place de la CENI, les prélats envisagent des actions de rue pour de bonnes élections en 2023!

Revenons au présent. Après l’entérinement et la mise en place officielle de la nouvelle CENI, le secrétaire général de la CENCO, l’abbé Nshole, et le Révérend Eric Nsenga porte-parole du Président de l’ECC, chaperonnés par Mgr Utembi sont en tournée euro-américaine visiblement pour mobiliser des fonds pour des actions de rue à mener aux côté de leurs partenaires Lamuka, FCC et Ensemble pour la République, tous engagés dans ce qu’ils appellent «Forces sociales et politiques». Des sources renseignent qu’ils seraient invités par la société minière Glencore, le même qui avait parrainé la coalition Lamuka à Genève dans le but de faire élire Martin Fayulu comme Président aux élections du 31 décembre 2018.

Après les calomnies, les mensonges, et toutes sortes de subterfuge, la vérité émerge. Au-delà de tout angélisme dangereux qui pourrait s’avérer fatal pour le pays, il est temps que les congolais barre la route à toute manipulation et s’investissent en toute citoyenneté pour un processus électoral apaisé et crédible.

Joseph MALALA/Activiste indépendant