janvier 23, 2021

Le Regard

Vous souhaite meilleurs voeux 2021

Consultations: l’UDPS demande à Fatshi de tourner le dos à l’Accord FCC-CACH

0 Partages

Prévue pour le mardi dernier, la clôture des consultations initiées par le Chef de l’Etat Félix Tshisekedi, est intervenue ce mercredi 25 novembre. L’Union pour la démocratie et le progrès social -UDPS-, parti présidentiel, figure parmi les derniers à être reçus par le Chef de l’Etat.

Au sortir de leur conversation avec Félix Tshisekedi, la délégation de l’UDPS révèle avoir proposé au Président de la République une reconfiguration du système politique RD-congolaise.
«Le peuple RD-congolais longtemps bercé par la vision de l’UDPS, attend plus de lui que ce qui est déjà fait. Le Chef de l’Etat doit tout mettre en œuvre pour que ‘Le peuple d’abord’ qu’est une cristallisation de notre vision politique soit une réalité», souhaite le Président a.i de l’UDPS Jean-Marc Kabund.

Un peu plus rétroactif, le SG du parti du sphinx de Limete revient à nouveau sur la problématique de déboulonnement du système de l’ancien régime, un sujet qui fait fâcher le camp de l’ancien Président de la République et l’actuelle autorité morale du FCC. Kabund est clair dans ses mots. Il n’y aura plus de coalition, déclare-t-il, ni de cohabitation dans ce pays.
«Nous avons proposé au Chef de l’Etat de tourner la page de la coalition FCC-CACH», pointe le représentant de l’UDPS aux consultations.
Kabund cogite également en ces termes: «ce n’est pas normal. Un grand pays potentiellement riche comme la RD-Congo soit et vit dans la traine, sans être développé …».

Pour lui, ajoute-t-il, le peuple a constaté que le Président Felix Tshisekedi a la volonté politique de bien faire, ce qui a manqué aux anciens dirigeants politiques de ce pays depuis son accession à l’indépendance. C’est dans cet ordre d’idées qu’il affirme que ladite volonté se matérialise par des actes concrets, notamment la gratuité de l’enseignement primaire et secondaire, l’instauration de l’Etat de droit. «Aujourd’hui l’appareil judiciaire de notre pays est en marche, mais aussi indépendant. La dernière ordonnance sur le dossier Puela-Mabunda, estime-t-il, en est une illustration.

Schilo J. Tshitenga