octobre 26, 2020

Le Regard

De l'information fouillée et vérifiée

Le football allemand réussit ses premiers pas en plein Coronavirus

Premier défi relevé pour le football allemand: la reprise de la Bundesliga samedi a prouvé que ballon rond et coronavirus pouvaient coexister, au prix de tribunes silencieuses et de précautions sanitaires. Mais cette réussite reste à confirmer pour le premier grand championnat d’Europe à redémarrer.

Le son strident d’un sifflet au coup d’envoi, le premier but signé par la jeune star norvégienne Erling Haaland, la large victoire du Borussia Dortmund dans le « derby de la Ruhr » contre Schalke (4-0)… Quatre-vingt dix minutes ont suffi pour faire revenir la chair de poule sur les bras des amoureux du « Fussball », sevrés de matches depuis précisément 63 jours pour cause de pandémie.

Ces fans ont retrouvé les ingrédients habituels du samedi après-midi: des buts, des vainqueurs, des émotions. Mais devant leur téléviseur, ils n’ont pu échapper à des détails inhabituels.

Car l’ombre de la crise sanitaire plane sur les terrains. Les gradins complètement vides du Signal Iduna Park de Dortmund, stade connu en temps normal pour son bouillant « Mur jaune » de supporters, ont accompagné ce redémarrage dans un déroutant silence.

Une reprise « surréaliste », selon le patron du Borussia Dortmund Hans-Joachim Watzke. « Dans les deux heures avant le match, tu reçois des SMS du monde entier, et ensuite tu traverses ta ville en voiture et il ne se passe absolument rien », a raconté le dirigeant. « Il faut s’habituer ».

Devant le « Mur jaune » désert, les joueurs du Borussia sont tout de même allés faire leur habituelle ola à la fin du match, une scène étrange en l’absence de tout supporter.

Le huis clos et les mesures d’hygiène, voilà ce qui attend Dortmund, Leipzig et autres cadors ces prochaines semaines, ainsi que le célèbre Bayern Munich dès dimanche contre l’Union Berlin.

Des entrées sur les terrains séparées, des ballons régulièrement désinfectés en bord de pelouse, des remplaçants masqués et espacés sur leur banc et surtout des célébrations de buts incroyablement sobres, dans le respect de la distanciation sociale: voilà le foot au temps du Covid-19.

« La journée était un peu bizarre. Je suis quelqu’un d’émotif, j’aime bien prendre un joueur dans les bras, ce que je ne pouvais évidemment absolument pas faire aujourd’hui », a constaté Uwe Rösler, l’entraîneur de Düsseldorf.

– Mauvais réflexes –

Joueurs comme entraîneurs savent qu’ils seront jugés sur leur « exemplarité », terme explicitement mentionné par les autorités du football dans leur ultraprécis protocole sanitaire de reprise.

Difficile néanmoins de se défaire de quelques mauvais réflexes.

Le défenseur de Dortmund Mats Hummels qui se mouche naïvement dans ses doigts, le buteur du Hertha Berlin Matheus Cunha qui suce son pouce après avoir été enlacé par plusieurs coéquipiers: ces images anodines prennent en cette période une inquiétante dimension, même si la Ligue a assuré qu’aucune sanction ne serait prononcée contre des joueurs coupables d’embrassade.