19/04/2024

Le Regard

De l’information fouillée et vérifiée

Le PAM débloque 12,8 millions de dollars pour la lutte contre l’impact de la sécheresse imminente causée par El Niño dans 4 pays d’Afrique australe

Le Programme alimentaire mondial des Nations Unies -PAM- vient de débloquer un montant record de 12,8 millions de dollars dans le cadre des efforts déployés pour lutter contre l’impact de la sécheresse imminente causée par El Niño dans quatre pays d’Afrique australe.

Ces fonds les plus importants seront utilisés pour mettre en œuvre une série d’actions d’anticipation visant à préserver la vie et les moyens de subsistance de plus d’un demi-million de personnes dans les pays ciblés.

L’activation, cofinancée par l’Allemagne, l’Union européenne et la Norvège, permettra la diffusion de messages textuels d’alerte précoce, la distribution de semences tolérantes à la sécheresse et d’argent liquide anticipé, ainsi que l’approvisionnement en eau salubre pour les communautés et le bétail. Plus de 550 000 personnes en bénéficieront au Lesotho, à Madagascar, au Mozambique et au Zimbabwe.

 “Nous ne pouvons pas nous permettre de ne pas agir alors que nous savons déjà qu’une action précoce permet de sauver des vies et des moyens de subsistance”, déclare Menghestab Haile, directeur régional du PAM pour l’Afrique australe.

Et d’ajouter: “Le coût de l’inaction est élevé – à la fois en termes de difficultés rencontrées par les personnes vivant à la limite de la catastrophe, mais aussi en termes de coûts plus élevés que les acteurs humanitaires et les gouvernements doivent payer s’ils réagissent après l’événement”.

 

L’Action Anticipée -AA- vise à prévenir et à atténuer les effets des conditions météorologiques extrêmes sur la sécurité alimentaire et la nutrition, la vie et les moyens de subsistance des personnes très vulnérables. Les mesures d’anticipation devraient protéger le pouvoir d’achat des populations en cas de baisse des rendements agricoles et du bétail, et réduire la probabilité de pénuries d’eau.

 El Niño devrait frapper à un moment où la région est déjà confrontée à un stress considérable, avec environ 47,4 millions de personnes confrontées à une grave insécurité alimentaire dans certaines parties de l’Afrique australe et centrale. Ce phénomène devrait battre des records régionaux de température et de déficit pluviométrique, atteignant son apogée entre novembre 2023 et janvier 2024.

Coïncidant avec la période de soudure et se prolongeant jusqu’en février de l’année suivante, il devrait réduire les précipitations dans la majeure partie de la région, en particulier pendant la période cruciale des semis de décembre à janvier, affectant ainsi la récolte d’avril 2024.

 

“Nous sommes très inquiets. Les zones les plus vulnérables à l’impact d’El Niño sont celles qui ont enregistré des précipitations inférieures à la moyenne au cours de la dernière campagne agricole. Une autre mauvaise saison aggravera considérablement les disponibilités alimentaires”, ajoute M. Haile.

 

Cette dernière activation est le résultat d’années de travail avec les gouvernements et les partenaires humanitaires pour promouvoir des approches proactives de la gestion des risques climatiques en Afrique australe. Cette approche s’est avérée fructueuse dans le passé avec des activations similaires à Madagascar et au Zimbabwe, contribuant à empêcher les populations de sombrer davantage dans l’insécurité alimentaire.

 

Bien qu’elle soit l’une des régions contribuant le moins aux émissions mondiales de carbone, l’Afrique australe est actuellement confrontée à des problèmes croissants dus au changement climatique, les épisodes prolongés de sécheresse étant une cause majeure d’insécurité alimentaire dans la région.

 René Kanzuku