04/02/2023

Le Regard

De l’information fouillée et vérifiée

Le Tchad veut se servir de l’expérience congolaise pour un dialogue national réussi

A trois mois du dialogue national prévu en mai 2022, le gouvernement tchadien dirigé par le Conseil militaire de transition, avec à sa tête Mahamat Idriss Déby, s’active pour sa réussite.

Le jeudi 17 février, la délégation tchadienne conduite par le secrétaire d’Etat chargé de la réconciliation et du dialogue, Djimadjibaye Kantagar Aimé, a échangé, au siège de l’Union africaine à Kinshasa, avec la Plateforme de des Confessions religieuses de la RDC sur l’expérience ayant à l’alternance pacifique au pays de Patrice Emery Lumumba.

«Nous sommes venu demander conseil, échanger sur l’expérience a que la RDC a connu. Pour nous, la RDC représente le modèle d’une transition réussie», a confié Djimadjibaye Kantagar Aimé.

Les préoccupations de la délégation tchadienne ont tourné autour de trois aspects: Comment organiser la réconciliation, quels sont les problèmes qui peuvent surgir pendant la période de la transition, et comment la RDC a procédé dans le processus Désarmement Désarment et réinsertion (DDR).

S’appuyant sur les écritures saintes, les Chefs des Confessions religieuses de la RDC ont partagé avec la délégation tchadienne l’expérience de différents dialogues que le pays a connu dans la recherche de l’harmonie. Notamment, celle de la Conférence nationale souveraine (CNS), de Sun City, des Concertations nationales,…

Les religieux congolais ont insisté auprès de la délégation tchadienne sur deux choses. L’importance de la volonté politique et la nécessité d’impliquer les leaders religieux tchadiens pour la réussite du Dialogue nationale et de la réconciliation.

Le président de la Plateforme des Confession religieuses, Evêque Générale Dodo Israël Kamba, a salué la sagesse du gouvernement tchadien qui a pris l’initiative de venir auprès de leurs frères congolais pour puiser dans leur expérience.
Avant les Chefs des confessions religieuses, la délégation tchadienne a échangé avec le Président de l’Assemblée nationale et celui du Sénat.