22/07/2024

Le Regard

De l’information fouillée et vérifiée

Ngaliema: deux pères de famille meilleurs amis tués par balle devant leurs domiciles

Deux corps sans vie, gisant dans une mare de sang ont été retrouvés ce vendredi 18 août 2023 sur l’avenue Ilunga au quartier Manenga, dans la commune de Ngaliema, à Kinshasa.

Les deux morts semblent avoir un destin lié. Ils ne sont pas inconnus du quartier. Il s’agit des deux pères de famille prénommés Danny et Élie, ayant respectivement 64 ans et 62 ans d’âge. Ils étaient très amis et leurs habitations jouxtées. Ils ont été tués, l’un par deux balles et l’autre par une seule balle dans le dos.

C’est vers 23h40 de Kinshasa que les voisins de la scène de crime ont entendu les coups de balle.

«À cette heure-là, nous étions encore au salon avec mes sœurs, en train de suivre une série télévisée, quand on a tout à coup entendu deux coups de balle. On s’est vite précipité dans la chambre. Le deuxième coup avait suivi juste 5 minutes après”, témoigne un témoin dont la parcelle est juste en face d’un corps des corps sans vie.

Selon plusieurs témoins qui les ont vus vivants vers 22 heures, les deux amis décédés venaient de prendre un verre vers Gramalic, un lieu mouvementé de la Cité des Anciens  combattants, à 500 mètres de leurs domiciles.

Des sources concordantes du quartier témoignent que les M. Danny et Élie étaient des paisibles citoyens sans histoires. Mais, un pasteur affirme que M. Danny a été enlevé il y a deux mois.

«Papa Danny travaille pour un conseiller d’un ministre. Il a été enlevé au mois de juin au niveau de son travail au sortir d’une banque, avant d’être relâché deux semaines plus tard, par ses ravisseurs »,  lâche ce pasteur qui a requis l’anonymat.

Les habitants du quartier inconsolables

Au milieu de la foule où tout le monde voulait regarder les deux corps enroulés des draps blancs, deux témoins dames encore sous le choc affirment qu’elles avaient entendu une de victime crier.

«Nous habitons juste ici à côté. Moi, j’avais entendu les trois coups de feu. Deux en premier et le dernier environ 10 minutes après. J’avais entendu la personne crier et j’avais vite compris que ça se passait juste devant chez nous”, relate Huguette pleine d’émotions.

À côté d’elle, se trouve la femme de M. Élie pleurant amèrement, tout près du corps de son défunt mari.

À 7 heures 40 minutes, la Police du quartier débarque sur le lieu pour le constat, avant de donner l’autorisation 15 minutes plus tôt, aux éléments de la Croix-Rouge d’enlever les corps…

Rodrick Bendi