27/01/2023

Le Regard

De l’information fouillée et vérifiée

RDC: la problématique de la réhabilitation de la famille congolaise au centre du deuxième congrès du DPLC

Le membre du bureau préparatoire du congrès et vice-président nationale en charge de l’organisation et implantation du parti politique “Debout pour le Congo” -DPLC-, le chef des travaux Guy-Richard Muvu Ewas a annoncé samedi au cours d’un entretien avec Le Regard, la tenue du deuxième congrès de leur parti prévu du 14 au 15 août 2022 sous le thème : ” réhabiliter la famille congolaise: humaniser l’action politique”, dans la salle des spectacles “showbuz”, à Kinshasa.

Selon lui, cette deuxième grande réunion permettra de fixer les nouvelles idées et réorganiser le parti.

“L’élection du président national, la nomination des vices-présidents, la nomination des responsables d’autres structures nationales, provinciales, locales… du parti feront parti des activités”, a-t-il indiqué en soulignant que L’état des lieux du parti sera également fait par le secrétaire général du parti, et son président nationale, le Professeur jean Collins Musonda parlera de sa vie générale et des projections futures.

Le collège des fondateurs et les autres membres, a dit le CT Guy-Richard Muvu Ewas, décidera sur l’avenir du parti en terme du président et de la nouvelle ligne de conduite. Mais aussi, le choix de la personne qui va briguer la magistrature suprême, savoir qui soutenir , à l’interne ou a l’externe.

En outre, il a laissé entendre que les recommandations sont attendus à la fin de ce congrès en rapports avec la politique générale du parti, la paix à l’Est du pays, les élections des 2023, et la participation politique des femmes dudit parti.

Retenons que le premier congrès de ce parti politique avait marqué en même temps sa sortie officielle et la mise en place du premier comité.

Aussi, il avait marqué la communication du projet de société du parti qui se résume en “la réhabilitation de la famille congolaise”.

Ce premier Congrès du DPLC fut organisé le 12 août 2017 à Kingatoko au Congo central.

Marie-Parousie Immaculée