28/01/2023

Le Regard

De l’information fouillée et vérifiée

RDC: le miracle de Félix Tshisekedi à Gims et Dadju, l’acte qui humilie les artistes évoluant au pays?

Les artistes musiciens Franco-congolais Gandhi Djuna dit Gims et Dadju Djuna ont été reçus dimanche 30 janvier 2022 à la Cité de l’Union Africaine dans la commune de Ngaliema, par le Président de la République Félix Tshisekedi.

Cette rencontre au sommet de l’État était un vrai miracle pour ces deux stars françaises frères biologiques.

GIMS et son jeune frère Dadju se sont vite vus proclamés ambassadeurs de la culture congolaise par le Chef de l’État congolais. À cela s’est ajouté l’octroi urgent des passeports diplomatiques congolais.

Alors que lui-même déclarait au JDD dans un entretien publié ce dimanche 23 janvier : «Je referai une demande de nationalité(française). Je suis quelqu’un de très patient, pas du genre à baisser les bras. Ne pas être Français, c’est l’un de mes plus grands regrets. Tous mes souvenirs sont en France (…) Quand je voyage au Qatar, aux Etats-Unis… je me présente comme un artiste français. Pas congolais ».

Au regard de ces propos, Gims mérite-t-il le titre d’ambassadeur de la culture congolaise pendant qu’il se dit français et représente la France par conviction personnelle, partout où il preste à l’étranger?

Combien de fois les artistes de la rumba évoluant au pays, notamment Ferre Gola, Fally Ipupa, Le Karmapa, Heritier Wata, Koffi Olomide, Werrason, Jb Mpiana et les autres ont représenté et défendu la RDC avec succès dans des pays étrangers, sans qu’ils soient proclamés ambassadeurs de la culture congolaise ou s’octroyer des passeports diplomatiques ? Ne le méritent-ils pas?
Ces questions restent pendantes.

Ces artistes évoluant au pays, dont Ferre Gola, Fally Ipupa et Koffi Olomide, sont propriétaires des labels indépendants qui font la promotion de la culture congolaise à travers la production des jeunes talents. Certains opérateurs culturels font également la même chose avec des festivals de danse et de musique qui traversent des frontières, entre autres le journaliste Cinardo Kivuila avec le Festival Break Dance, le danseur contemporain Jacques Bana Yanga avec le Festival Me Ya Be, Lexxus Légal avec Air d’Ici, pour ne citer qu’eux.

Contradiction. Après cette rencontre et sa proclamation comme ambassadeur par le Président, le même Gims déclare: « En tant qu’ambassadeurs du Congo, on a une carte à jouer même si on a évolué en France ».

«On va porter le Congo avec fierté partout dans le monde », a ajouté l’auteur de « Subliminal » (Disque de diamant avec 1 million d’exemplaires vendus), tout heureux d’avoir été décorés, ensemble avec son frère Dadju, et reçus chacun un passeport diplomatique pour mieux représenter le Congo à l’extérieur.

Par ailleurs, les fils de l’ancien artiste congolais de l’ancienne génération, Djuna Djanana, se disent porteurs d’un grand projet culturel dont ils ont eu à partager le contenu avec le Chef de l’Etat.

Gims et Dadju entendent s’investir dorénavant dans la création des studios d’enregistrement de standard international en RDC. Ils projettent également de capitaliser leurs différentes connexions à travers le monde en vue de la tenue, au pays, d’un festival annuel susceptible d’attirer des grands producteurs et autres acteurs du show buzz international.

René Kanzuku