octobre 18, 2021

Le Regard

De l’information fouillée et vérifiée

RDC-Mines: Kibaligold Mine doit USD 5 milliards à la Sokimo, l’audience prévue le 5 octobre

Un nouveau rebondissement dans le conflit Sokimo-Kibaligold Mine (KGM). Le 2 septembre dernier, la Sokimo a assigné KGM à comparaître devant le tribunal de commerce de Kinshasa/Gombe. L’audience publique est prévue le 5 octobre 2021.

La Sokimo réclame des dommages et intérêts à hauteur de USD 5 milliards. Ce, étant donné que Kibaligold Mine « s’abstient délibérément d’exécuter les obligations contractuelles en termes des droits à payer à la Sokimo ».

«Bientôt 10 ans, la Sokimo n’arrive pas à tirer convenablement profit du partenariat alors que KGM exploite jour et nuit et s’enrichit follement au détriment de la Sokimo dont les travailleurs accumulent des arriérés de plus de 100 mois de salaires», lit-on sur l’assignation.

Si l’on en croit les propos d’Albert Yuma, PCA de la Gecamines et président de la Fédération des entreprises du Congo (FEC) dans une émission avec le journaliste Foka, les multinationales comme Barickgold, actionnaire majoritaire dans Kibaligold Mine, ramènent des dettes plutôt que des capitaux frais.

Par conséquent, la Sokimo, propriétaire des concessions, partenaire de Barickgold dans la société commune Kibaligold se trouve contraint de payer une dette qu’elle n’a jamais contracté et dont elle ignore les clauses.

Sokimo, le dindon de la farce
Il y a quelques mois, le conflit entre la Sokimo et la société commune Kibaligold Mine dans laquelle la congolaise Sokimo ne détient aujourd’hui plus que 10%, avait pris de l’ampleur avec la saisie des comptes de Kibaligold Mine par le tribunal de commerce de Kinshasa/Gombe.

La Sokimo réclamait à cette dernière un peu plus d’USD 1 milliard des dommages et intérêts.

Pour calmer le jeu, on a vu les conseillers du Président de la République intervenir en jouant la médiation entre les deux.

Ils ont demandé à la Sokimo et Kibali gold de se mettre autour de la table pour trouver une solution à l’amiable.

Depuis, rien n’a été fait. La Sokimo reste la perdante. La démarche des conseillers du chef de l’Etat sonne désormais comme une farce dans les oreilles des agents qui croupissent dans la misère.

A ce jour, pas une seule réunion. La Commission créée par le Président de la République n’a jamais siégé.

Voilà que Raison Sokimo retourne en justice pour rentrer dans ses droits.

Dans les couloirs de la Sokimo, beaucoup estiment que la société congolaise est sacrifiée par des autorités du pays à l’autel des intérêts individuels tirés de la puissance financière que représente Kibaligold Mine.