octobre 28, 2020

Le Regard

De l'information fouillée et vérifiée

Succession à la CENI: CENCO et ECC optent pour l’intox et l’infox

 

Après les journées de lundi 8 et mardi 9 consacrées au choix du délégué des Confessions religieuses à la tête de la CENI, ayant d’ailleurs abouti, comme à l’accoutumée, à un manque de consensus entre les 8 Confessions religieuses de la RD-Congo, la Conférence épiscopale nationale du Congo CENCO/Catholique et l’Eglise du Christ au Congo ont fait le choix de miser sur la désinformation et de jeter le discrédit sur leurs collègues des autres Confessions religieuses.

Dans une conférence de presse organisée ce 10 juin, animé par l’omniprésent abbé Donatien Nshole et le jeune assistant du président de l’ECC, un communiqué signé par le Cardinal Ambongo de l’Eglise Catholique au Congo et le Révérend Docteur Bokundoa de l’ECC, justifie, entre autres, ce qu’ils qualifient de blocage dans la désignation du délégué des Confession religieuses à la CENI par «des…. rumeurs de corruption».

Corruption ! Qu’en est-il ? En recoupant les infos provenant des uns et des autres Confessions religieuses, on se rend compte que pendant les travaux, cette mystérieuse rumeur de corruption, s’il y en a jamais eu, n’a jamais été ne serait-ce qu’évoquer. «Ce ne sont que des mensonges », affirme-t-on.

La vérité simplifiée

Au départ du processus de désignation, 24 candidats délégués des Confessions religieuses. Il en est resté 6 après l’élimination faite par le secrétariat technique de la plateforme composé des experts de chaque Confessions religieuses. Denis Kadima, Sylvain Lumu, Jérôme Bonso, Ronsaed Malonda, Eale Bosela et Cyrille Ebotoko.

Un deuxième tamisage a permis de rester avec 3 candidats. Cyrille Ebotoko, neveu du Cardinal Ambongo, pour l’Eglise Catholique au Congo, Révérend Eale Bosela, pour l’ECC et Ronsard Malonda, secrétaire exécutif de la CENI porté par l’église Kimbanguiste et les autres.

Après échanges, le Cardinal Ambongo a décidé de retirer son neveu, l’estimant « incapable de tenir devant Ronsard Malonda » et a appuyé le candidat de l’ECC, Eale.

Malheureusement, Eale que soutenaient les deux grandes Confessions religieuses de Kinshasa se retrouve sur la liste du regroupement politique de Jean Bertrand Ewanga. (Cfr liste électorale de la CENI).
Devant une preuve irréfutable, vérifiable à la CENI, les deux saints prélats, se rabattent sur Cyrille Ebotoko, en principe déjà écarté, en désespoir de cause. Blocage!

Mardi 9 juin. Les religieux reviennent à la charge. Ils tentent une fois encore de construire un consensus. Impossible ! En principe, la charte de la plateforme prévoit : « En toute chose, les Chefs des confessions religieuses recherchent de bonne foi le consensus comme mode de prise de décision par excellence. A défaut du consensus, il recourt à un vote transparent qui est un mécanisme démocratique de décision ».

Ambongo demande à ces collègues de se prononcer sur le choix de son neveu Cyrille Ebotoko. ECC et Cenco lèvent les mains. Et pour Ronsard, les 6 autres se prononcent. Un toupet. Pour les cathos, consensus rime avec leur choix ou celui de l’ECC. Peu importe que leur candidat fasse parti d’un regroupement politique de LAMUKA. Le choix des six autres confessions n’a aucune valeur. Pour info, Ambongo, son neveu Ebotoko, Bokundoa et Eale son tous de la grande province de l’équateur. Tribalisme ? Démocratie ?

Ambongo interrompt la réunion. Prie alors que les autres tentent de prendre la parole. Puis, il sort respectueusement en ayant aucun égard pour ces responsables musulmans, salutistes, Kimbanguistes, orthodoxes, ceux de l’Eglise du réveil et des églises indépendantes. Enfin ! Qui sont-ils pour mériter le respect d’un cardinal catholique ?
Question : par quel miracle le tandem Catholique-ECC aurait-il pu remporter une élection face à un groupe compact de six Confessions religieuses ? Seule solution, bien qu’hypocrite : botter en touche et discréditer les autres et leur choix. La formule leur est familière.

Tirant les conséquences de la situation, les six Confessions, majoritaires, désignent leur champion : Ronsard Malonda.

Mais comme promis, CENCO et ECC utilisent les médias pour jeter de l’opprobre sur eux. « Qui veut noyer son chien, l’accuse de rage ».

Matshi Darnell