27/01/2023

Le Regard

De l’information fouillée et vérifiée

Tech – Éducation : Destination inconnue des téléphones mobiles confisqués au lycée Kabambare à Kinshasa

En République Démocratique du Congo, alors que certains établissements scolaires intègrent les technologies dans leur système éducatif, d’autres par contre traînent les pas. À Kinshasa, au lycée Kabambare dans la capitale kinoise, il est strictement interdit aux élèves d’apporter des téléphones mobiles au sein de l’école, quelles que soient les circonstances.

Alors que le monde bouge au rythme de la technologie, le règlement intérieur de cette école catholique de la congrégation de l’Immaculée coeur de Marie (ICM) située au centre de Kinshasa, précisément dans la commune portant le même nom, interdit catégoriquement le port des téléphones mobiles à l’école par des élèves au cours de l’année scolaire ou durant la période des examens, au risque d’être confisqués par les religieuses responsables de l’établissement scolaire.

À en croire un personnel de ce lycée qui requiert l’anonymat, des dizaines voire des centaines de téléphones retenus par la préfecture sont sans destination. Cette situation préoccupe plusieurs parents dont leurs enfants étudient encore dans cette école et ceux dont les enfants ne font plus parties de cette école.

Selon notre source, il y a certains parents, qui, autre fois partenaires de l’école, appellent pour réclamer les téléphones de leurs enfants, confisqués il y a de cela plus de trois ans. Ces derniers doutent encore de l’existence des téléphones et pensent saisir les cours et tribunaux dans un futur proche pour avoir une idée sur le devenir de ces appareils.

*Téléphone mobile, un outil technologique pertinent dans la réforme du système éducatif*

En ce 21è siècle, le téléphone mobile et ses dérivés s’avèrent être des outils pédagogiques très efficaces. Bien utilisé, le smartphone peut contribuer utilement dans dans la réforme pédagogique. Cependant, son utilisation doit être encadrée par un membre de l’établissement scolaire.

Pour ce faire, la responsabilité revient d’une part au gouvernement de mettre un accent sur l’autorisation par le règlement intérieur des établissements scolaires, de l’utilisation pédagogique des téléphones mobiles durant les heures de cours. En lieu et place de confisquer ces outils technologiques, il serait souhaitable d’en tirer profit, d’une manière ordonnée, dans la réforme du système éducatif rd-congolais. Les restituer en bonne et due forme contribueraient également à la bonne réputation de cette école.

DIDEROT MBEMBA (CP)