04/02/2023

Le Regard

De l’information fouillée et vérifiée

Candidature de Katumbi: le PMVS alerte sur la nécessité d’un cadre d’échange entre Lubakats et Lubas

L’ancien gouverneur de l’ex-province du Katanga, Moïse Katumbi Chapwe a été désigné candidat pour la présidentielle prévue en 2023 par son parti politique Ensemble pour la République. Le président de Tout Puissant Mazembe a également annoncé son retrait de l’Union Sacrée, coalition au pouvoir du Président Félix Tshisekedi. Cette annonce qui a  bougé les lignes dans l’asphère politique congolaise, n’a pas laissé indifférent le Programme Multisectoriel de Vulgarisation et Sensibilisation -PMVS-, une organisation non gouvernementale. Cette ONG rappelle la nécessité de la mise en application de sa proposition sur la restauration de la confiance entre les LubaKats et les Lubas, pour éviter la résurgence des conflits entre les deux peuples, avec la candidature de Katumbi, actuellement personnalité influente dans ce coin de la RD-Congo.

«Il est temps de mettre en application notre proposition de février 2021 sur la restauration de la confiance entre les LubaKat et les Lubas, de créer un cadre d’échange interprovincial. L’annonce de la candidature aux élections de Katumbi risque de rouvrir ce clivage, je vous aurez prévenu. Quand les choses bougeront, je vais prôner la paix et ne prendrai le côté de personne. Et alors, chers amis, ne m’appelez pas zambien», a alerté Ludovic Kalengayi, coordonnateur national de MPVS.

Pour cette Asbl de sensibilisation, il faut restaurer la confiance et raviver l’esprit du vivre ensemble entre les Lubakat et les Lubas dans le Grand Katanga. «La confiance mutuelle est au plus bas niveau, ça c’est pour ce qui concerne les zones urbaines. Et pour ce qui concerne la partie rurale, l’encadrement de la jeunesse dans des projets de développement tels que des coopératives agricoles ou minières afin qu’ils évitent d’être enrôlés dans des milices armées par manque de travail», a-t-on lu dans la correspondance adressée au Premier ministre.

A en croire Kalengayi, le PMVS se trouve dans l’obligation de mettre à la disposition de la RDC, plus de 25.000 membres qui exécuteront les projets de développement. Ces projets, précise-t-il, contribueront à l’emploi, à la stabilité sociale et à l’économie du pays. Concernant la digitalisation du pays, le PMVS travaille déjà dans l’encadrement des jeunes pour le numérique.

René Kanzuku