01/02/2023

Le Regard

De l’information fouillée et vérifiée

Initiateur de Nouvelle Vision, Joël Kokolo donne une note honorable à Guy Loando

«Le Regard» a accordé une interview à bâton rompu à l’initiateur de l’Asbl Nouvelle Vision, Joël Luambua Kokolo, à la faveur de la clôture de l’année 2022. Au cours de cet entretien, ce jeune juriste de formation a expliqué la raison d’être, la motivation et la vision de sa structure pour la nation congolaise. A l’en croire, Nouvelle Vision se veut «une rupture de vieilles habitudes qui continuent à faire du mal à notre pays. Ainsi, on ne peut attendre d’elle que la rupture; une révolution dans la manière de faire et de vivre».  En ce qui concerne les personnalités politiques congolaises qui l’inspirent, cet aspirant à la politique dit apprécier particulièrement l’un des Warriors du gouvernement Sama Lukonde, le Ministre d’Etat en charge de l’Aménagement du territoire, Guy Loando Mboyo et sa vision du colibri. «De par sa manière d’agir, je trouve en lui un monsieur sérieux, travailleur et républicain…». Parlant du calendrier électoral publié  le 26 novembre 2022 par la Commission électorale nationale indépendante -CENI-, Joël Kokolo le juge irréaliste. Selon lui, la CENI ne voulait rien que «calmer la pression qui monte de plus en plus…». Interview.

 

Vous êtes initiateur de Nouvelle Vision. Pouvez-vous nous en parler un peu plus?

La Nouvelle Vision est une Association Sans But Lucratif accès sur la jeunesse. Elle part d’un constat de répétition et d’échec. En effet, en consultant l’histoire de la République démocratique du Congo depuis 1960, on constate que les trois péchés fondateurs de la nation indépendante  (l’incompréhension, le manque du travail bien fait et enfin l’appropriation individuelle du bien collectif) continuent à avoir une place prépondérante. Ainsi, nous nous sommes dits : et si on faisait autrement ?

Que doit-on attendre de Nouvelle Vision?

La Nouvelle Vision se veut être une école capable de promouvoir de jeunes dirigeants Patriotes au vrai sens du mot et surtout pragmatique. Elle se veut être une rupture de vieilles habitudes qui continuent à faire du mal à notre pays. Ainsi, on ne peut attendre d’elle que la rupture; une révolution dans la manière de faire et de vivre.

Quelle est la position politique  de Nouvelle Vision?

La Nouvelle Vision en tant que mouvement de rupture, est en phase d’analyse. Elle étudie les différents partenariats à sa table tout en mettant préalablement et principalement les intérêts supérieurs de la nation au centre de tout.

En tant qu’aspirant à la politique, vous avez sûrement une figure politique qui vous inspire. Qui, parmi toutes les figures actuelles, vous inspire le plus et pourquoi?

Rires. Je dois avouer que sur le plan interne, il n’y a pas trop. Cependant, j’apprécie particulièrement le Ministre Guy Loando Mboyo. De par sa manière d’agir, je trouve en lui un monsieur sérieux, travailleur et républicain. Je pense que ce sont les qualités qu’il faut pour le développement de notre pays et dont peu d’hommes politiques congolais possèdent.

Que pensez-vous de la vision du colibri que prône le ministre d’État Guy Loando, puisque c’est lui qui vous inspire en politique?

Aussi petit soit-il, chaque citoyen a un rôle essentiel à jouer. C’est dans l’addition des actions politiques des citoyens que la nation se construit. Cette vision du ministre Guy Loando, prouve à suffisance le sérieux dont je faisais allusion tantôt.

Votre avis sur la question sécuritaire de l’Est de la République démocratique du Congo.

La question de la sécurité à l’Est devient de plus en plus la question la plus essentielle de notre vie commune. En tant que nation, nous sommes unis par le sort et le sort de nos concitoyens de l’Est influence notre vie nationale. Le gouvernement doit à l’heure actuelle mettre toutes les batteries en place pour sauver une fois pour toutes, la nation congolaise.

Comment trouvez-vous le calendrier électoral publié par la CENI?

Irréaliste et impréparé. J’ai des doutes quant à la réalisation de ce calendrier. Il est à mon avis, publié en vue de calmer la pression qui monte de plus en plus, mais dans le fond, il n’assure pas.

Propos recueillis par René Kanzuku