28/09/2022

Le Regard

De l’information fouillée et vérifiée

Christophe Mboso : «le gouvernement Sama Lukonde sera investi incessamment»

Au cours de la plénière du mardi 21 avril, le président de l’Assemblée nationale, Christophe Mboso N’kodia, a rassuré l’opinion nationale que le gouvernement Sama Lukonde sera incessamment investi. Il a ajouté qu’aucun député n’a conditionné son investiture par quoique ce soit. Le débat engagé par les députés « révolutionnaires » sur les déséquilibres constatés dans la composition du gouvernement est une preuve de l’effectivité de la démocratie et de l’Etat de droit prôné par le chef de l’Etat, a-t-il affirmé.

« À une certaine époque, non lointaine, personne n’aurait cru qu’au sein d’une même famille politique, ses membres peuvent lever le ton ou exprimer leurs vues vis-à-vis des options stratégiques qui se prennent. L’on aurait cru que le débat interne et cher aux partis et regroupements politiques se serait estompé », a déclaré M. Mboso.

Selon lui, avec l’avènement de l’Union sacrée de la nation, le récent débat consécutif à la publication du gouvernement a prouvé à la face du monde que le débat interne est encore possible.

« C’est même cela le sens profond de l’Etat de droit et de la démocratie, cheval de bataille du président de la République. C’est aussi cela l’expression du droit à la différence, lequel fait la grandeur de notre Chambre. Nous sommes bien plus puissants lorsque nous nous tournons les uns vers les autres et non les uns contre les autres, lorsque nous célébrons notre diversité… et ensemble abattons les murs imposants de l’injustice », a-t-il enchaîné.

Il a par ailleurs dénoncé une campagne de diabolisation de ces députés révolutionnaires, qui, selon lui, ont engagé un débat à l’interne au sein de l’Union sacrée :

«Les honorables députés qui ont animé ce débat se sont adressés à l’autorité compétente, le président de la République, l’Initiateur de l’Union sacrée de la nation. Vu sous cet angle, la diabolisation d’une frange d’élus nationaux dans l’opinion n’a ni raison d’être (…) Notre peuple doit être rassuré qu’aucun de ses élus n’a conditionné l’investiture du gouvernement de l’Union sacrée de la nation. »