20/04/2024

Le Regard

De l’information fouillée et vérifiée

Culte oecuménique à Kinshasa: le gouvernement célèbre la femme de l’Est

Le Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde et son gouvernement ont pris part ce vendredi 08 mars 2024 à un culte oecuménique tenu au Centenaire protestant de Kinshasa pour «le retour de la paix et la fin de la guerre dans l’Est de la RDC».

Ce culte organisé à l’ocassion de la journée internationale des droits de la femme est l’initiative du ministère du Genre, famille et Enfant.

“Ce mot d’encouragement, je voudrais d’abord l’adresser au Président de la République pour son double combat pour la paix, ensuite pour sa lutte pour la femme, car il est le symbole de la masculinité positive et mérite d’être ovationné. Je crois que toutes les femmes doivent continuer à l’encourager pour la recherche de la paix dans l’Est du pays. Je crois que les cris de nos prières en ce lieu vont être entendus pour que les pleurs cessent à l’Est de l’Etat”, a laissé entendre le Premier ministre congolais.

Et de rappeler: “chacun de nous est issu du ventre d’une femme. Et c’est à ce juste titre que nous devons soutenir la femme. Nous sommes habillés en noir parce que nous sommes en deuil en compassion aux femmes de l’Est. Nous demandons à Dieu de bénir la République Démocratique du Congo, son Président et son peule”.

Ce culte a connu la participation notamment du chef du gouvernement, Sama Lukonde, ses ministres, les officiers généraux de l’armée et de la police, les mandataires publics et privés, le bourgmestre de la commune de Lingwala, les chefs des confessions religieuses et les Secrétaires Généraux de l’administration publique.

Les députés et sénateurs, les points focaux Genre, les représentants des organisations féminines, les cadres et Agents de l’administration publique, les Mandataires publics et privés, la société civile et  coordonnateur du système des Nations unis étaient  également de la partie.

Les participants ont imploré la miséricorde de Dieu sur la population de l’Est longtemps meurtrie par les affres de la guerre.

Frezia Kabamba