août 4, 2021

Le Regard

De l’information fouillée et vérifiée

Dans son livre “Patrice Lumumba, le Sankuru et l’Afrique”, Cécile Manya entend conscientiser les africains sur les réalités du néo-colonialisme

Les amoureux de la littérature vont bientôt accueillir un nouveau-né. Il s’agit du livre “Patrice Lumumba, le Sankuru et l’Afrique”, l’œuvre de l’écrivaine suisse, d’origine RD-congolaise, Cécile Manya Koyenyi. Selon l’auteure, cet ouvrage verra le jour au mois de juillet 2021, non sans préciser le jour exact de la parution. Dans une interview exclusive qu’elle a accordée au journal Le Regard, la panafricaine et afrocentriste Cécile Manya a précisé que ce livre est sorti pour la première fois, en 1985. Il a été écrit par son père biologique, le Professeur André Manya K’Omalowete A Djonga, Docteur en sciences politiques, décédé en 2014. Prenant le relais, quelques années après, elle s’est alors décidée de le rééditer, en y ajoutant sa touche. « En le rééditant, et plus précisément en l’actualisant, je veux lui donner une seconde vie, “éternelle” cette fois-ci, grâce à l’Internet et aux nouveaux moyens de communication. Mes lecteurs à travers le monde, doivent attendre de ce livre, une mine d’informations pour conscientiser la population africaine sur les réalités du néo-colonialisme. Je suis, tout comme mon père, une panafricaine convaincue qui connaît la grandeur de l’Afrique et du peuple noir. En tant que telle, j’apporte ma contribution à un édifice littéraire qui veut pousser la jeunesse africaine et tous les afrodescendants à se rappeler qui, ils sont vraiment…», a-t-elle laissé entendre lors de cet entretien. Cécile Manya est également auteure de 7 œuvres littéraires, notamment ‘’Mes combats de déesse’’, ‘’Je ne suis pas ce que tu dis’’, ‘’Jésus est une femme Noire’’, ‘’La Bible II: Jésus n’existe pas et Dieu est une déesse’’, ‘’La vierge Marie des stars’’, ‘’Le journal de Dieu’’ et ‘’Pas avant 24 ans’’. Interview:

Bonjour Madame, vous êtes écrivain congolaise évoluant en Suisse. Pouvez-vous vous présenter de manière détaillée ?

Bonjour Monsieur, je suis née le 10 janvier 1977 en République Démocratique du Congo. Je suis arrivée en Suisse avec ma famille, à l’âge de quatre ans. Je suis de nationalité suisse. Auteure de 7 livres traitant de mon évolution vers le retour aux sources, l’Afrique, et à mes ressources personnelles. Je poursuis mon chemin en reprenant le flambeau confié par mon père, le Docteur Manya K’Omalowete a Djonga, est décédé en 2014.

Parlez-nous un peu de votre parcours ou carrière de manière générale.

J’ai toujours été une personne très éveillée, intelligente et dynamique. Dès mon plus jeune âge, je n’ai eu de cesse que de créer, et de manifester l’étendue de mes dons. J’étais également très admirative de mon père qui excellait dans tous les domaines : dans ses études, son travail et l’attention portée à sa famille. Il savait tout faire. Ma vie s’était arrêtée en 1997, lorsqu’une proche parente manipulatrice, nous avait séparé mon père et moi, et tenu, par la manipulation religieuse et affective, éloigner l’un de l’autre. L’année 2017 a marqué mon arrivée dans le monde de la littérature. J’ai commencé à écrire pour parler d’une expérience que j’avais vécue en 2015. Dans cette expérience, mon père se manifestait comme un guide à l’amour exceptionnel pour moi et me révélait des choses percutantes sur mon présent et mon futur. Il me rappelait également à mes ressources que la proche parente manipulatrice avait tenté d’effacer définitivement.

Depuis, je n’ai plus cessé d’écrire. J’ai sorti deux livres en 2019, quatre livres en 2020 et un livre cette année. Mes écrits m’aident à avancer dans l’accomplissement de moi-même et dans mon parcours pour exprimer toute la grandeur que je porte en moi, grandeur révélée par mon père, qui me guide de façon saisissante depuis son départ… Ce que je vis est extraordinaire.

Parlons de votre prochain livre intitulé “Patrice Lumumba, le Sankuru et l’Afrique”. Que peuvent attendre vos lecteurs à travers le monde, de ce projet?

Le livre est sorti pour la première fois en 1985. En le rééditant, et plus précisément en l’actualisant, je veux lui donner une seconde vie, “éternelle” cette fois-ci, grâce à l’Internet et aux nouveaux moyens de communication. En effet, c’est un ouvrage d’une qualité rare, un voyage en immersion à l’époque de Patrice Lumumba. Grâce à des interviews et des enquêtes sur le terrain, mon père a pu recueillir des informations très précieuses qui sont consignées dans ce livre. Mes lecteurs à travers le monde, doivent attendre de ce livre, une mine d’informations pour conscientiser la population africaine sur les réalités du néo-colonialisme. Je suis, tout comme mon père, une panafricaine convaincue qui connaît la grandeur de l’Afrique et du peuple noir. En tant que telle, j’apporte ma contribution à un édifice littéraire qui veut pousser la jeunesse africaine et tous les afrodescendants à se rappeler qui, ils sont vraiment, afin de poser les actions nécessaires à un rayonnement africain dans le monde. Chacun doit se “réveiller”. Et l’instruction guide à ce réveil.

Quel est le lien que vous établissez entre le Sankuru qui n’est qu’une simple province de la République démocratique du Congo et le grand continent, l’Afrique, en les inscrivant sur le titre de votre livre ?

Le Sankuru est la région natale de Patrice Lumumba, et également celle de mon père. L’émulation et le soutien pour ce héros panafricain fut très fort dans cette région. Il était intéressant de se pencher sur les évènements qui se sont produits dans cette région, après l’assassinat du leader qui voulait que la libération du Congo ait un rayonnement dans toute l’Afrique. La République Démocratique du Congo est un pays stratégique pour l’Afrique toute entière.

Il y a plusieurs figures historiques dans l’histoire de la RDC, entre autres les feus présidents Joseph Kasa-Vubu et Joseph Mobutu. Pourquoi avez-vous porté votre choix seulement sur Patrice Emery Lumumba?

Vous pourrez lire dans mon livre qui a véritablement lutté contre le colonialisme et les rôles de chacun dans l’assassinat de Patrice Lumumba. Aucune des figures que vous citez, ne peut être comparée au leader nationaliste. Il est, pour le monde entier, le héros africain initiateur de la libération du Congo, et par extension, de la lutte contre le néo-colonialisme actuel, faite sans compromis, avec l’ennemi occidental. Mon père a dû quitter l’Afrique durant le régime de Mobutu, car il était menacé de mort à cause de ses écrits.

“Patrice Lumumba, le Sankuru et l’Afrique” sera un ouvrage de combien de pages? Combien de chapitres?

Ce sera un ouvrage d’environ 166 pages et de quatre chapitres principaux, enrichis de sous-chapitres.

Hormis “Patrice Lumumba, le Sankuru et l’Afrique”, avez-vous d’autres projets d’avenir?

Oui, il me tient à cœur d’œuvrer pour exprimer la réalité de la grandeur Noire. La liberté des femmes est également un sujet important pour moi. Je ne vais pas m’arrêter d’écrire, loin de là. Mon retour aux sources ( l’Afrique, Terre-Mère ) me fait évoluer chaque jour. J’ai déjà exprimé ce bouillonnement intérieur dans mes précédents ouvrages et compte poursuivre sur ce chemin épanouissant. Mais, pour l’instant, je porte toute mon attention sur la réussite de mon projet de réédition du livre “Patrice Lumumba, le Sankuru et l’Afrique”. C’est un travail quotidien et une grande responsabilité.

Que conseillez-vous aux jeunes écrivains RD-congolais et d’Afrique?

De s’armer de leurs plumes pour écrire des choses qui ont du sens, des choses qui libèrent l’Afrique des schémas qu’on veut lui imposer. Il faut qu’ils écrivent des ouvrages qui libèrent les congolais de leurs chaînes mentales apportées malheureusement en grande partie, par la religion. Mais, le plus important est que, les congolais doivent s’unir comme une seule famille, faire bloc contre leur ennemi blanc, et éviter les divisions. C’est à cela que les jeunes écrivains doivent œuvrer.

Mot de la fin…

Patrice Lumumba est un être qui a lutté contre des schémas de soumission apportés par l’Occident. En étudiant le contexte de son émergence, on découvre que le décor dans lequel il a évolué était catastrophique pour les Africains, sans parler de leur dignité ! Aujourd’hui les choses semblent plus faciles. Donc, nous ne devons pas nous assoupir en attendant un sauveur. Chaque Africain doit œuvrer pour sa propre libération et celle de son pays. L’Occident n’a rien de bon à apporter. Son système basé sur le mensonge et le vol, est une ignominie. Il faut bien le comprendre. Le temps est à la restauration des vérités sur l’Afrique et à son rayonnement, pour le bien de toute la planète.

Je vous remercie…

Propos recueillis par René Kanzuku