octobre 30, 2020

Le Regard

De l'information fouillée et vérifiée

Fatshi face à sa promesse de rapatrier Mobutu

 

En 2018, pendant sa tournée de campagne électorale dans l’espace Equateur, dont est originaire MSS, le Chef de l’Etat avait fait la promesse d’enterrer dignement l’Aigle de Kawele en RD-Congo. Près de deux ans après, rien d’évident. Ne dit-on pas que la promesse est une dette?

23 années se sont écoulées depuis que Mobutu Sese Seko a rendu son dernier soupire. C’était un certain 7 septembre 2020 à Rabat, capitale du Maroc, loin du terroir qu’il a tant affectionné. Celui qui est resté à jamais le deuxième Chef de l’Etat de l’actuelle RD-Congo, s’est éteint à l’âge de 66 ans, pesant «à peine 40 kilos, exsangue et vidé par les hémorragies».

Dans un ouvrage éponyme sur la biographie de Mobutu, Jean-Pierre Langellier, ancien journaliste à Le Monde, a écrit: «Après une cérémonie funèbre en présence de la famille et du dernier carré de fidèles, Mobutu est inhumé dans un modeste tombeau en forme de chapelle au cimetière européen de Rabat, réservé aux non-musulmans. Une sépulture presque anonyme que seules trois lettres entrelacées sur la pierre permettent d’identifier, MSS, les initiales posthumes du défunt».

Cet ouvrage, rédigé 20 ans après la mort de Mobutu, a constaté: «la mémoire collective, et magnanime, ne veut se souvenir que des éclats de la gloire et des années de grandeur. Les nostalgiques de Mobutu lui savent gré d’avoir façonné l’identité du Congo-Zaïre, doté son peuple d’une conscience nationale, forgé et protégé son unité, exalté la personnalité de ce vaste et riche pays qui palpite au cœur de l’Afrique»
Dans cet élan, le même peuple attend le retour au bercail du Roi de Zaïre.

Cependant, nul ne sait quand ses ossements reposeront sur la terre de ses ancêtres. Ce, en dépit de la promesse faite par le candidat Félix Tshisekedi en marge de la campagne électorale de 2018. Près de deux ans après cette promesse, Félix Tshisekedi, Chef de l’Etat, n’a pas encore émis un signal rassurant en dépit du fait que son Premier ministre, Sylverstre Ilunga Ilunkamba, a inscrit le rapatriement de la dépouille de l’Aigle de Kawele sur le registre des matières relevant de la réconciliation nationale.

Qu’est-ce qui empêche donc la réalisation de cette promesse? «Il y a une faible volonté politique jusqu’ici», a avancé Jonas Tshiombela, président de la Nouvelle société civile congolaise -NSCC. Il a en outre interpellé Félix Tshisekedi qui, pour avoir «redoré l’image de Joseph Kasa-Vubu», se doit, selon Tshiombela, de «penser à Maréchal Mobutu». Ne dit-on pas qu’une promesse est une dette?
De la vie du Maréchal, Claudel Lubaya a tiré une leçon: «le pouvoir ne dispense pas l’homme au rendez-vous de la mort. Vanité». Il l’a dit via un tweet évoquant également: «de la gloire à la chute jusqu’à la caisse de bois insolente».

Landry Gombo