20/06/2024

Le Regard

De l’information fouillée et vérifiée

Plus d’une semaine après la remise et reprise, Kamerhe découvre des dossiers sales sur Mboso à l’Assemblée nationale

Des dossiers sales sont jetés sur la table du président de l’Assemblée nationale. Vital Kamerhe trouve des situations qui ressemblent à une espèce de détournement qui serait l’œuvre de son prédécesseur. Dans une correspondance datée du 03 juin lui adressée par le collectif des membres des cabinets de sept membres du bureau sortant de l’Assemblée nationale dirigé par le président Christophe Mboso, ces agents réclament orbi et urbi le paiement de leurs frais d’installation et indemnités de sortie restés non payés jusqu’à ce jour.

Guidés par les articles 2362 233, 234, 235, 236, 237, 238, du Reglement intérieur de l’Assemblée nationale de la troisième législature et 13, 43 et 44 du Réglement des finances de la Chambre basse, les membres des cabinets du bureau sortant ont jugé utile de saisir le président Kamerhe en vue de se faire entendre.

Comment les frais d’installation, censés être payés dès l’entrée en fonction, doivent rester non libérés, trois ans après ? À cette question, seul le président du bureau sortant de l’Assemblée nationale peut répondre.

“Nous, les membres des cabinets membres du bureau sortant de l’Assemblée nationale -Christophe Mboso-, portons à votre connaissance que jusqu’à ce jour, nous n’avons toujours pas perçu nos frais d’installation et des indenmnités de sortie. Ce qui porte atteinte à  nos droits légitimes coulés sous les dispositions supra”, ont écrit ces membres  du cabinet Mboso à Kamerhe, actuel président.

Dans ce courrier dont le Président de la République, la Première ministre, tous les membres du bureau de l’Assemblée nationale et l’Inspecteur général des Finances -IGF- sont des sampliateurs, les signataires reconnaissent n’avoir touché que les frais d’indemnités de sortie de deux mois seulement à savoir: janvier et ffévrier 2024.

Tino MABADA/AfricaNews