décembre 4, 2020

Le Regard

De l'information fouillée et vérifiée

RDC: Alerte rouge! 2023 en danger, Educiel éclaire les aveugles

0 Partages

Et si la non tenue des élections de 2023 était l’objectif final de cette fameuse crise qui mine la politique RD-congolaise? C’est aujourd’hui mercredi 18 novembre que le conseil d’État a siégé sur le dossier de la déchéance du Bureau de l’assemblée nationale accusé par le député Fabrice Puela de n’avoir pas déposé le rapport de la gestion financière dans le délai.

Selon ce dernier, sa démarche n’a rien de politique. Mais seulement, elle coïncide parfaitement avec la montée d’un discours réclamant la dissolution de l’Assemblée nationale dans un contexte de crise entre les partenaires de la coalition FCC-CACH. Il y a anguille sous roche. Mais, à qui cela profiterait?

À l’Educiel, l’on s’inquiète de l’allure que prennent ces manœuvres. Selon une déclaration signée par son Coordonnateur,  André Kiomba Dibwe Pwo, toute déchéance impromptue et brutalement imposée à l’actuel Bureau de l’Assemblée nationale exposera la nation à des graves conséquences.

Parmi ces conséquences, Educiel cite «le retard dans la mise en place de la nouvelle CENI, du fait du renouvellement exigible du Bureau de l’assemblée nationale chargé par la loi de conduire le processus d’entérinement des membres de la CENI».

Or, à en croire Corneille Nangaa qui prenait parole le 10 novembre dernier dans un séminaire, selon la planification faite par son équipe pour la tenue des élections en décembre 2023, le nouveau bureau de la CENI aurait dû être installé au plus tard le 31 octobre 2020. Le retard accumule déjà.
À côté de cette conséquence, Educiel met également en exergue le risque «d’accentuation de la crise institutionnelle décriée par le Président Félix Antoine Tshisekedi, crise qui justifie valablement la tenue des consultations au Palais de la nation».
Educiel appelle les élus nationaux à privilégier les préoccupations liées à la paix, la sécurité, le social et la stabilité interinstitutionnelle qui sont des questions majeures du moment.

Malheureusement, dans cette crise dont tous les éléments présentent comme délibérément voulue, ce n’est pas l’intérêt du Congo qui est en jeu. C’est plutôt et comme à l’accoutumée en RD-Congo, les égos surdimensionnés exacerbés par des discours flatteurs des opportunistes désireux d’accès peu importe le prix à la mangeoire. Voilà ce qui justifie que des acteurs politiques amènent de l’essence pour éteindre le feu de la crise.

Dans ce contexte, le message de l’Educiel, bien que pertinent et interpellateur, a plus de chance d’être inaudible. Car, cette structure a tenté d’éclairer des aveugles.

HRM