29/01/2023

Le Regard

De l’information fouillée et vérifiée

RDC: voici la date de la présidentielle 2023 et ses obstacles

La Commission électorale nationale indépendante -CENI- vient de fixer l’opinion nationale  sur l’organisation du prochain cycle électoral. La présidentielle se tiendra le 20 décembre 2023. Elle sera couplée des élections législatives. Le nouveau président de la République élu prêtera serment le 24 janvier 2024.

Cette annonce a été faite ce samedi 26 novembre 2022 par le président de la CENI, Denis Kadima Kazadi, devant les mandataires des partis, regroupements politiques et la presse.

Malgré la publication de ce calendrier, Denis Kadima n’a pas hésité de citer quelques défis devant lesquels cette échéance reste susceptible.

«Le premier défi est de nature financière avec d’une part la nécessité de garantir son autonomie financière et donc son indépendance, et d’autre part le respect des délais de décaissement des fonds des opérations ».

Sur le plan juridique, le patron de la CENI a salué la célérité du Parlement congolais qui a voté des textes réglementaires et qui ont été ensuite promulgués par le Président de la République.

S’agissant de l’insécurité, Kadima note que cette contrainte est de « taille » et « pourrait avoir une incidence sur le bon déroulement des opérations électorales».

« (…) Il est évident qu’aucune opération ne peut être réalisée à bon escient sans sécurité des électeurs, des compétiteurs, des agents électoraux, du matériel et des sites des opérations (…)», a-t-il fait remarquer.

Parlant de Covid-19, le président de la CENI a fait savoir que, malgré une tendance à la baisse des cas positifs, cette maladie comme d’autres peut également avoir une incidence négative sur le processus électoral.

Enfin, Denis Kadima a relevé que le défi majeur demeure celui lié à la logistique des opérations. Confrontée à l’insistance des infrastructures routières de base, la CENI indique qu’elle utilisera la voie aérienne pour acheminer les matières électorales, avec comme conséquence l’augmentation excessive des coûts.

René Kanzuku