17/07/2024

Le Regard

De l’information fouillée et vérifiée

Retrait progressif de la mission onusienne du  sol congolais: la Monusco ferme définitivement ses portes au Sud-Kivu

La Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo -MONUSCO- vient de fermer officiellement ses portes dans la province du Sud-Kivu, après 20 ans de service.

Cette fermeture s’inscrit dans le cadre de son retrait progressif de la République démocratique du Congo. La cérémonie de la fin de service de cette agence du système des Nations unies a eu lieu ce mardi  25 juin 2024 à Bukavu, en présence de la Première ministre congolaise Judith Suminwa Tuluka et les autorités de l’armée et de la police congolaises.

Le 30 juin 2024, comme convenu avec le gouvernement de la RDC, la Mission achèvera son retrait du Sud-Kivu, marquant ainsi la fin de la première phase de son désengagement du pays.

La Représentante Spéciale du Secrétaire Général (RSSG) en RDC et Cheffe de la MONUSCO, Madame Bintou Keita, la Cheffe du Gouvernement, Judith Suminwa, le Gouverneur du Sud-Kivu,  Jean-Jacques Purusi ainsi que d’autres représentants des Nations Unies et du gouvernement de la RDC, ont participé à la cérémonie de clôture.

Au cours de cet événement, la MONUSCO a fait don d’actifs d’une valeur de 10 millions de dollars US aux autorités de la RDC et à plusieurs partenaires congolais. La Mission a également transféré aux Forces armées de la RDC un héliport nouvellement construit et une base à Rutemba, près d’Uvira, d’une valeur de 1,5 million de dollars. La cérémonie de remise de ces dons a eu lieu à Kavumu à 32 km de Bukavu.

 

«Cela a été un immense effort conjoint avec le gouvernement de la RDC. Malgré les nombreux défis auxquels nous avons été confrontés, le retrait des troupes et des équipements s’est déroulé de manière ordonnée et, malgré les contraintes de temps, la première phase a été largement réussie », a déclaré Mme Keita.

Et d’ajouter : «C’est l’aube d’une nouvelle ère pour la province. Assurer la paix et protéger les civils est désormais entièrement entre les mains des autorités congolaises, qui assument cette responsabilité en étroite coordination avec les communautés et les leaders locaux, avec le soutien des agences, fonds et programmes des Nations unies qui poursuivent la mise en œuvre de leurs mandats respectifs».

Au cours de son désengagement du Sud-Kivu, entamé en janvier 2024, la MONUSCO a transféré aux autorités nationales ou fermé sept bases ou sites (Baraka, Bukavu, Bunyakiri, Kamanyola, Kavumu, Rutemba et Sange), ainsi que 15 autres installations. Bien que la MONUSCO ait cessé ses opérations dans les bases de Mikenge, Minembwe et Uvira, le transfert aux FARDC sera finalisé dans les semaines à venir.

 

« Alors que nous mettons fin à notre mission au Sud-Kivu, je remercie le personnel civil et en uniforme qui ont contribué à la paix et à la sécurité au Sud-Kivu. Votre courage et votre dévouement dans certaines des circonstances les plus difficiles du maintien de la paix remplissent mon cœur de gratitude. Je rends hommage à tous ceux qui ont perdu la vie dans l’exercice de leurs fonctions », a déclaré Mme Keita. « Bien que la MONUSCO se soit retirée du Sud-Kivu, nous restons engagés à remplir notre mandat en Ituri et au Nord-Kivu. »

A partir du 1er juillet 2024, une équipe résiduelle de 34 civils restera au Sud-Kivu pour aider les agences, fonds et programmes des Nations Unies à maintenir les réseaux d’alerte communautaire, la protection des enfants et le dialogue avec les communautés.

Le gouvernement de la RDC, la MONUSCO, les agences, fonds et programmes des Nations Unies, ainsi que les représentants des ONG internationales et de la société civile ont élaboré une feuille de route provinciale pour faciliter le transfert des responsabilités de la MONUSCO au gouvernement, avec le soutien d’autres partenaires. Cela permettra de s’assurer que les progrès réalisés pendant la présence de la MONUSCO seront préservés après le départ de la Mission.

René Kanzuku