21/04/2024

Le Regard

De l’information fouillée et vérifiée

«Rumba Forever»: voici le message que passe ce projet à l’État congolais et au CSAC, selon le journaliste Hugo Mabiala

TRIBUNE:

Rumba Forever, un message clair aux futurs dirigeants: «Prenez la Rumba au sérieux,… c’est une richesse intarissable»

Le titre «Rumba Forever», rassemblant l’essentiel des grosses pointures de la chanson congolaise, encore en activité, est une belle histoire de l’évolution de ce trésor national qu’est la Rumba, ce patrimoine mondial de l’UNESCO.

Rumba Forever est un magnifique voyage à travers les générations, les voix, les différentes couleurs et facettes de cette musique congolaise qui, au fil du temps, intègre des influences de la mondialisation sans perdre son âme. Plutôt, elle s’en sort plus renforcée, plus forte.

À travers cette chanson produite par Amadou Diaby et écrite par l’éternel Maika Munan, des légendes intemporelles comme Koffi Olomide, Nyoka Longo, Lokua Kanza, Evoloko Lay, Mbilia Belle, Werrason, JB Mpiana, ou encore les stars actuelles comme Fally Ipupa, Ferré Gola, Héritier,… the last but not the least Innoss’B et Rebo Tchulo, lancent à l’unisson un rappel important: Regardez comment la Rumba s’est imposée d’elle-même, par-delà le temps, en Afrique et dans le monde.

Par la succession des talents, partant de Wendo, Mpolo Nkamba, Docteur Nico, Luambo, Nico Kassanda,… Tabu Ley, Abeti Masikini, Papa Wemba… aux générations actuelles, la Rumba vit, se transmet tel un virus, continue de s’imposer et influence d’autres cultures. Mais aussi, fait du Lingala une des langues les plus aimées sur le continent.

Voilà qui devrait rappeler à l’État congolais que le trésor «Rumba» est là, valorisé par le monde, mais souffrant encore de la négligence (Que dis-je!) du manque de sérieux et de politique rationnelle qui puisse faire du secteur culturel une véritable industrie. Pourtant, du Président de la République aux Quados qui grillent sous le soleil dans les bas quartiers de la RDC, tous dansons la Rumba, même notre chanson chrétienne n’y échappe.

A la veille des élections, en ce moment où l’on peut, malgré tout, se permettre d’espérer un nouveau départ, de rêver partir du bon pied, les voix de ces virtuoses de la chanson congolaise crient aux futurs dirigeants: Prenez la Rumba au sérieux, organisez l’industrie, c’est une richesse intarissable. Comme toute belle femme, la Rumba donne à la RDC ce qu’elle a de meilleure.

Rumba Forever est également un rappel au CSAC, qui organise des émissions au cours desquelles les présidentiables devront présenter leurs programmes, qu’il a commis la grosse bévue de ne pas reprendre clairement la culture et les sports parmi les sujets à traiter. Car, ceux qui prétendent avoir une vision globale pour le Congo, doivent, dès le départ, réaliser que la culture n’est pas un sujet périphérique.

Que vive la Rumba !

Hugo Robert Mabiala Bondo/Journaliste & Observateur politico-socio-culturel