octobre 30, 2020

Le Regard

De l'information fouillée et vérifiée

Covid-19: 33 cas enregistrés en 2 jours, Claudel Lubaya dénonce la faillite totale de la RD-Congo

En RD-Congo, le nouveau Coronavirus a atteint la vitesse de croisière. Selon les chiffres fournis par l’Institut national de recherche biomédicale -INRB-, à la tombée de la nuit du lundi 30 mars 2020, 17 nouveaux cas ont été identifiés. Ils sont répartis comme suit: 8 cas importés et 9 contaminations locales. 24 heures plus tôt, le même INRB a annoncé l’enregistrement des 16 nouveaux cas dont 10 importés et 6 locaux. Autrement, la RD-Congo a accumulé un total de 33 contaminations en deux jours. Ce qui représente 1/3 des cas identifiés jusque-là. Des chiffres qui font craindre le pire dans un pays où le système sanitaire laisse à désirer.

La situation devenant de plus en plus alarmante, le député André Claudel Lubaya a, via twitter, constaté la faillite totale de la RD-Congo. «La grandeur d’une nation se mesure à l’aune des épreuves. Face au Covid-19, la RD-Congo se révèle en faillite totale. Faillite des élites serviles et corrompues, faillite des politiques publiques, faillite du peuple clochardisé et hélas fanatisé, prêt à mourir pour ses bourreaux», a tweeté cet élu du peuple. Et de fustiger: «En 60 ans, tous régimes confondus ont accordé priorité au charroi automobile et à la flotte aérienne des dirigeants plutôt qu’aux équipements médicaux élémentaires tels que masques, bonbonnes d’oxygène et respirateurs. Le Covid-19 l’a révélé. Nous devons nous en rendre compte».

Le président national de l’UDA-Originelle, tout en assumant sa part, a laissé entendre que «nous sommes tous responsables, tous coupables» et a appelé à une remise en question «pour espérer repartir à nouveau».

Hier, seule la province de Kinshasa a été touchée. Aujourd’hui, la liste s’est allongée à la suite de l’inscription des provinces de l’Ituri, du Sud-Kivu et Nord-Kivu. Soit un total de quatre provinces touchées. La répartition des cas  donne 94 à Kinshasa, 1 en Ituri, 2 au Sud-Kivu et 1 au Sud-Kivu.

Landry Gombo/Le Regard