octobre 22, 2020

Le Regard

De l'information fouillée et vérifiée

RDC: Ambongo va en guerre contre la Communauté islamique

Le feuilleton autour de la désignation du successeur de Nangaa lève le voile sur la personnalité et la moralité du prince de l’église catholique romaine au Congo.

Selon un reportage partagé sur la toile et un petit communiqué produit par les services de communication de la CENCO, «Son Eminence Fridolin cardinal Ambongo Besungu, Archevêque Métropolitain de Kinshasa a reçu… à l’archevêché une délégation des représentants de la communauté islamique au Congo , COMICO, conduite par son représentant légal adjoint l’Imam Abdoul Ngoma».

Puis, le communiqué d’expliquer: « Soucieux d’une bonne gouvernance en RDC, le cardinal-Archevêque a échangé avec eux sur la question de représentativité de la communauté islamique dans la plate-forme des Confessions religieuses présidée par l’Archevêque de Kinshasa».

A vrai dire, selon les indiscrétions, révolté par l’affront subit avec l’échec de mettre son neveu à la tête de la CENI, le Cardinal ne recule devant rien, même pas à attiser le feu dans une autre confession religieuse. A ce jour, il tente de contester Abdallah Mangala comme représentant légal. Et les gens ne sont pas dupes. Son jeu est clair comme l’eau de roche.
« Si le président de la république, chef de l’état, lui-même a nommé dans une ordonnance Cheikh Abdallah Mangala, en sa qualité de représentant légal de la COMICO, revient-il au Cardinal catholique de remettre le statut de son collègue religieux en doute ?», s’offusque un musulman.

Et d’appuyer : « En plus, lui Cardinal Catholique, il prend tout fièrement la peine de discuter avec des individus qui ne sont pas membres effectifs de la COMICO, et donc selon les textes, ne sont ni éligibles ni électeurs. Par cet acte irresponsable, il met à nu ses limites morales ».

C’est depuis plusieurs mois que le groupe de musulman reçu par le Cardinal Ambongo occupe illégalement le siège de la COMICO, où des bureaux sont devenus des maisons d’habitation.

Malala Etambe