28/01/2023

Le Regard

De l’information fouillée et vérifiée

Dossier 100 jours: l’IGF dit n’avoir jamais pris part aux enquêtes de la Justice

L’Inspection générale des finances -IGF- vient de démentir l’information selon laquelle elle aurait pris part aux enquêtes de la Justice sur le dossier 100 jours du Chef de l’État, qui avait abouti à l’emprisonnement de Vital Kamerhe.

Cette affirmation de mediacongo.net a été contredite par un tweet de l’IGF ce lundi 04 juillet 2022:

Extrait de l’article de Mediacogo.net:

“Tout est parti des enquêtes menées par l’Inspection générale de Finance (IGF), sur la gestion des fonds publics, après l’avènement de Félix Tshisekedi au pouvoir. Vital Kamerhe, alors directeur de cabinet du Chef de l’Etat, était auditionné par le Procureur général près la Cour d’appel de Matete en avril 2020, avant d’être placé sous mandat d’arrêt provisoire au CPRK (Centre pénitentiaire et de rééducation de Kinshasa, ex-prison centrale de Makala).

Puis débuta un long procès et sérieux procès suivi à travers le monde entier, lequel fut considéré comme un véritable test de la fin de l’impunité en RDC, sous Félix Tshisekedi. Mais hélas, faute des aléas politiques, les efforts pour placer la RDC sur la liste des pays africains où règne une véritable justice se sont affaiblis, pour la simple raison que VK et ses co-accusés ont été tous acquittés faute de preuve. Dans l’entre temps, les 57,6 millions de dollars américains se sont envolés avec un ange descend du ciel et que personne n’a pu apercevoir. Un mystère qui restera gravé dans les annales de l’histoire de la RDC, où une bagatelle somme d’argent a disparu, mieux pris une destination inconnue, mais il n’y a pas eu de voleur.

Dans l’entre temps, le sérieux de l’IGF vient d’être entamé ; tandis que ses enquêtes menées dans le cadre de la gestion des fonds liés à la fabrication des maisons préfabriquées et à la construction des sauts-de-mouton, risquent d’être remis en cause, pour la simple raison que VK et ses co-accusés ont été tous relaxés par la justice, faute des preuves. Une véritable honte pour cette structure de contrôle du gouvernement, mieux le gendarme économique qui a brillé par des excès de zèle et des fausses accusations concernant le fameux dossier dit des 100 jours.

Par contre, au cas où les conclusions des enquêtes de l’IGF en rapport avec cette affaire s’avéraient vraies, que dire alors de la crédibilité et du sérieux de la justice congolaise ? La question reste posée”.

René Kanzuku